30 mars 2022
Équipements forestiers
Une histoire d’amour entre Shearex et Roxton Falls
Par: Alain Bérubé

La construction de l’usine Shearex, située à l’intersection de la route 139 et de la rue Fil-de-l’eau à Roxton Falls, sera complétée d’ici quelques semaines.

Deux ans après le départ de l’entreprise Denis CIMAF vers les États-Unis, Roxton Falls accueille l’usine Shearex, qui prendra la relève avec brio. Plus de 6,5 millions $ seront investis dans ce futur leader dans le domaine des équipements forestiers.

Publicité
Activer le son

Shearex est une division de GRYB, un manufacturier d’attachements pour machinerie lourde situé à Victoriaville. L’usine, qui couvrira plus de 25 000 pieds carrés sur la route 139, suivra les traces de Denis CIMAF en se spécialisant dans la fabrication de débrousailleuses industrielles.

« Nous compterons une trentaine d’employés et on prévoit en embaucher, pour soutenir notre croissance, au moins dix de plus d’ici quelques mois, tels que des soudeurs et des assembleurs. Environ 75 % de nos employés ont fait partie du personnel de Denis CIMAF. L’ambiance est déjà extraordinaire, car chaque personne au sein de la compagnie est importante », mentionne Jeffrey Bélanger, directeur de division.

Robert Camiré, directeur des opérations, soutient que Roxton Falls est l’endroit idéal pour lancer l’entreprise.

« En plus bien sûr de compter sur l’expérience et l’expertise de plusieurs anciens employés de Denis CIMAF, nous sommes très bien situés géographiquement. On aurait tout de même pu choisir un autre endroit, mais le maire Jean-Marie Laplante a littéralement déroulé le tapis rouge pour Shearex. Il a été très convaincant, tellement il a fait preuve d’enthousiasme! », confie-t-il en souriant.

M. Camiré affirme que l’avenir de Shearex est plus que prometteur.

« Nous réussirons à nous imposer pour la qualité de notre design et de nos outils hydrauliques pour la foresterie et le débroussaillage, que ce soit par exemple pour l’aménagement de terrain pour le passage de pipelines, de nouvelles routes ou de lignes électriques. La majeure partie de nos ventes sera aux États-Unis », indique-t-il.

Selon M. Bélanger, Shearex bénéficie déjà d’une solide réputation.

« On voit déjà un bel engouement sur les médias sociaux et dans notre réseau de contacts. Et nous prévoyons déjà l’embauche de nouveaux employés, dont des soudeurs, des assembleurs, des dessinateurs-concepteurs mécaniques, un technicien en génie industriel ainsi que du personnel administratif. D’ici cinq ans, Shearex devrait compter au moins 150 employés. Le carnet de commandes se remplit à un bon rythme. Le marché est très prometteur », conclut-il.

 

Jeffrey Bélanger et Robert Camiré, respectivement directeur de division et directeur des opérations de Shearex.

image