10 juin 2020
Gardien substitut dans un match de la LNH en 2006
Une expérience unique pour le gardien de but Jean-François Racine
Par: Alain Bérubé

Jean-François Racine

Après une belle carrière dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), le gardien de but Jean-François Racine a cogné aux portes de la Ligue nationale de hockey lors d’un match à Toronto,en 2006. 14 ans plus tard, le Roxtonnais n’a pas de regrets et garde de beaux souvenirs de cette expérience tout à fait unique.

Publicité
Activer le son

Celui qui fut longtemps le gardien de but le plus victorieux dans l’histoire des Voltigeurs de Drummondville, avec 70 gains en saison régulière, a fait partie des étoiles de la LHJMQ. Ce ne fut donc pas une surprise de voir les Maple Leafs de Toronto le repêcher en troisième ronde en 2000.

« J’ai joué durant quelques années dans les filiales des Maple Leafs, dont pour les Marlies de Toronto, dans la Ligue américaine de hockey. Par la suite, j’ai pu participer à trois parties hors-concours des Maple Leafs, ce qui m’a permis de me rapprocher de mon rêve, soit de jouer dans la Ligue nationale de hockey », relate Jean-François Racine.

En novembre 2006, les Maple Leafs offrent la chance à Jean-François d’être le gardien substitut de Jean-Sébastien Aubin alors que le club reçoit les Canadiens de Montréal au Air Canada Centre, qui porte maintenant le nom de Scotiabank Arena.

« C’était une soirée vraiment spéciale, car Patrick Roy a alors été intronisé au Temple de la renommée. J’étais bien sûr très heureux d’être là, mais comme je n’ai pas été utilisé devant les filets, ma présence ne compte pas dans les statistiques de la Ligue nationale. C’est un peu décevant et j’aurais évidemment adoré avoir une autre chance, mais il y avait pas mal de compétition au niveau des gardiens de but dans l’organisation. Je me console en disant qu’avec sept participations au camp d’entraînement, les Maple Leafs ont vu du talent en moi », dit-il.

Âgé de 38 ans, Jean-François Racine a pris sa retraite du hockey il y a six ans après avoir joué au hockey senior, à partir de 2007 – avec quelques pauses -, à Sherbrooke, Waterloo, Sorel-Tracy et St-Cyrille. Celui qui demeure maintenant dans la région de Drummondville, et qui travaille comme monteur de lignes chez Hydro-Québec, demeure bien sûr un grand fan de hockey.

« Le temps passe si vite, car ça fait déjà 20 ans que les Maple Leafs m’ont repêché. Même si je n’ai pas pu percer l’alignement des Maple Leafs, je garde uniquement les souvenirs positifs. Je suis déjà heureux d’avoir pu me rendre aussi loin », conclut-il.

image