1 juillet 2020
Une aventure enrichissante pour Fernando Fernandez Beltran au Nunavut
Par: Alain Bérubé

Fernando Fernandez Beltran, lanceur pour les Castors d’Acton Vale depuis 2017, ratera les deux prochaines saisons de la Ligue de baseball majeur du Québec afin d’occuper un emploi au Nunavut. (photo Nathalie Miclette - LBMQ)

Lanceur pour les Castors d’Acton Vale depuis 2017, Fernando Fernandez Beltran mettra de côtéle baseball durant deux ans. Celui qui vise une carrière en relations internationales entreprendra le 7 juillet une nouvelle aventure au Nunavut.

Publicité
Activer le son

Âgé de 25 ans, le résidant de Mercier – dont les parents sont originaires du Salvador et du Honduras – quittera prochainement le Québec pour la communauté de Sanikiluaq, dans la baie d’Hudson, en compagnie de sa conjointe, Victoria Corral.

« Je serai gérant pour le volet alimentation du magasin général North West Company, qu’on peut comparer à une succursale de Walmart ou Costco. Ce sera pour moi un prétexte parfait pour m’intégrer à la communauté et ainsi apprendre beaucoup de cette expérience unique. Je serai constamment à l’écoute des gens de cette communauté, dans une région méconnue de la grande majorité des Canadiens », explique Fernando Fernandez Beltran.

Avec en main une maîtrise en relations internationales – dont une spécialisation en sécurité nationale -, le jeune lanceur des Castors a d’autres projets en tête.

« Je rêve entre autres de faire carrière à l’ONU ou en tant qu’ambassadeur pour le Canada à l’étranger. Mon périple dans le Grand nord canadien m’ouvrira sûrement quelques portes, en plus de mettre à profit certaines connaissances », mentionne-t-il.

Fernando Fernandez Beltran soutient cependant que le baseball occupe toujours une place majeure dans son cœur.

« J’adore tellement ce sport. Et je vais m’ennuyer des Castors. En plus de m’être fait plusieurs amis au sein de l’équipe, les partisans sont formidables. Lorsqu’on a remporté le championnat il y a trois ans, l’ambiance était tout à fait extraordinaire! Si je suis de retour au Québec après mon séjour au Nunavut, je pourrais fort bien offrir de nouveau mes services aux Castors », confie-t-il.

image