17 novembre 2021
Ambassadrice des Stars 55
Un honneur mérité pour Kaléann Laforge
Par: Annie Gagnon

Les Stars 55 misent sur Kaléann Laforge à titre de première ambassadrice de leur structure de hockey féminin, en catégorie AAA.

Après une année de pause imposée par la pandémie, c’est avec grand bonheur que Kaléann Laforge a renoué avec sa passion : le hockey. De plus, cette étudiante-athlète de Saint-Nazaire-d’Acton a reçu un honneur des plus significatifs alors que les Stars 55 l’ont désignée comme première ambassadrice de leur structure de hockey féminin AAA.

Publicité
Activer le son

C’est en 2018-2019 que cette structure a été créée et que Kaléann a intègré ce nouveau programme en endossant l’uniforme des Stars 55 de la Mauricie, une équipe dont elle a défendu les couleurs pendant deux saisons avant de faire le saut au collégial, avec les Titans de Limoilou.

Au cours des derniers mois, le personnel des Stars a pensé à inclure du mentorat afin de motiver leurs troupes, en plus de les informer davantage du chemin à parcourir pour se démarquer.
« Nous avons établi les qualités recherchées pour devenir ambassadrice des Stars. Pour nous, la personne qui allait occuper ce rôle devait avoir connu des performances marquantes avec les Stars, avoir bien représenté l’organisation dans les camps d’équipe Québec et Équipe Canada et avoir de la facilité à communiquer. Pour les Stars 55, le mentorat est très important et nous croyons que Kaléann est un excellent choix. Elle saura motiver nos jeunes joueuses », explique Carl-Éric Lemay, directeur de la structure des Stars 55.

Gratitude

C’est avec beaucoup d’humilité que la hockeyeuse a accepté le rôle que lui ont confié les Stars 55.

Fidèle à ce qu’elle est, la jeune femme souhaite s’investir dans ce nouveau rôle en assistant à des pratiques de chacune des équipes de la structure et en partageant ce qu’elle a vécu avec les Stars, ainsi qu’avec Équipe Québec et Équipe Canada.

« Je reçois cette nomination avec beaucoup de gratitude. Comme étudiante-athlète, les sacrifices sont nombreux pour arriver à pratiquer notre sport dans un niveau de jeu élevé et ce n’est pas toujours une tâche facile. À la base, je ne suis pas quelqu’un qui prend beaucoup de place dans un groupe ou qui attire l’attention. Je fais ce qu’on me demande, j’exécute au mieux les conseils donnés par mes entraîneurs et je travaille fort pour garder un équilibre de vie et ça, c’est sans compter les études qui prennent beaucoup de place dans mon horaire quotidien. Alors, lorsqu’on t’interpelle pour te dire que Tu es la personne qu’ils ont choisie pour les représenter et que c’est ton image qu’ils veulent comme modèle futur, c’est juste wow! Pendant tout ce temps où je me croyais toute seule dans mon rêve d’aller toujours plus haut, j’avais une organisation complète qui était derrière moi, qui s’intéressait à mes résultats et qui était fière de la joueuse et de la personne que je suis. Parfois, les semaines sont plus difficiles, les blessures font mal autant physiquement que psychologiquement, alors de recevoir cette vague de fierté et de reconnaissance, c’est tellement un élan pour continuer à me dépasser, car en plus de le faire pour moi, je le fais pour donner de l’espoir et du vouloir à la relève », exprime Kaléann.

Les Stars 55

La jeune femme de 18 ans garde d’excellents souvenirs de ses deux années passées avec les Stars midget AAA même si sa deuxième saison s’est terminée abruptement avec l’arrivée de la COVID-19 et du décret de l’état d’urgence sanitaire pour tout le Québec.

« Notre première saison avait débuté d’une drôle de façon. C’était le début de la structure et nous étions confrontées à beaucoup de nouveauté. Dès les premières semaines, nous avions connu des changements d’entraîneurs et nous étions dans l’inconnu. Après plusieurs ajustements, notre formation avait été confiée à Éric Langlois. Une fois cette stabilité apportée, plus rien ne pouvait nous arrêter. Nous avions gagné le tournoi de Laval et nous avions atteint la finale de la Coupe Dodge », se rappelle-t-elle.

Les Titans

C’est en septembre 2020 que la hockeyeuse de Saint-Nazaire-d’Acton devait endosser l’uniforme des Titans de Limoilou, mais la pandémie a retardé son rendez-vous avec le hockey collégial.

Avec l’allègement des mesures sanitaires, la vie a repris son cours pour les athlètes québécois. Kaléann a donc repris le chemin de Québec pour sauter sur la patinoire et défendre les couleurs des Titans, mais lors des matchs hors-concours, la défenseure a subi une séparation de l’épaule.

« Je me suis présentée à l’équipe avec une forme exemplaire et tout était en place pour partir ma saison en force, mais ma blessure m’a tenue à l’écart pendant six semaines avant que je puisse réintégrer progressivement. Je me considère rétablie à 100 %. D’autres coéquipières se sont retrouvées sur la liste des blessées, ce qui explique notre départ un peu plus lent, mais malgré ça, nous arrivons à faire de belles choses. Pour ma part, je suis entièrement satisfaite de mon choix de collège. Je me sens bien ici et je suis très bien entourée. Tout est en place pour que mon passage au collégial soit inoubliable. Je suis au bon endroit pour continuer à apprendre et à améliorer mon jeu, ce qui me permettra d’atteindre l’étape suivante, soit l’université », conclut la jeune athlète.

 

***

« Mon objectif est de promouvoir le hockey féminin autant pour celles qui font déjà partie de la structure que celles qui voudraient y tenter leur chance. Je souhaite aussi aborder l’importance de l’école en parallèle avec le sport car, à un moment donné, l’un ne va pas sans l’autre et il est primordial de garder une grande priorité aux études, à travers l’entraînement. » – Kaléann Laforge

image