5 avril 2018
Alphabétisation populaire
Un bureau de l’APAJ à Acton Vale
Par: Alain Bérubé
Catherine Mignault et Isabelle Giguère, respectivement animatrice et coordonnatrice de l’APAJ de Saint-Hyacinthe.

Catherine Mignault et Isabelle Giguère, respectivement animatrice et coordonnatrice de l’APAJ de Saint-Hyacinthe.

Afin d’aider les gens souhaitant améliorer leurs capacités de lecture, d’écriture et de calcul, l’organisme APAJ (Aide pédagogique aux adultes et aux jeunes) de Saint-Hyacinthe a ouvert en janvier un bureau à Acton Vale.

C’est au second étage du Centre de bénévolat d’Acton Vale que l’APAJ accueille, à raison d’une journée par semaine, les résidents de la MRC d’Acton – âgés de 16 ans et plus – faisant appel à ses services.

« Notre organisme a déjà eu une présence à Acton Vale il y a quelques années, mais un manque de financement a entraîné la fin des opérations. Nous sommes heureux d’être de retour avec nos ateliers d’alphabétisation populaire », affirme l’animatrice Catherine Mignault.

Dans une atmosphère à la fois chaleureuse et conviviale, on peut gratuitement – seul ou en petits groupes – réviser les règles de grammaire de base et l’orthographe général, pratiquer sa calligraphie ou augmenter son autonomie au niveau des chiffres.

« Nos ateliers peuvent aider à comprendre plus facilement un formulaire, composer une lettre, établir un budget ou mieux faire l’épicerie, le tout en intégrant des notions d’informatique. Et pour ceux qui peuvent se déplacer à Saint-Hyacinthe, nous proposons également des ateliers de cuisine et d’informatique, ainsi que des clubs de lecture et santé », mentionne la coordonnatrice Isabelle Giguère.

Bien plus que des mots

Mme Giguère profite de la 3e Semaine de l’alphabétisation populaire – qui se terminera ce vendredi 6 avril – pour rappeler l’importance d’organismes tels l’APAJ. Elle souligne qu’au Québec, plus d’un million d’adultes ont de grandes difficultés avec la lecture et l’écriture.

« Malheureusement, seulement 2 % de ces gens font des démarches réelles pour améliorer leur sort », souligne-t-elle.

La coordonnatrice de l’APAJ est heureuse que le gouvernement du Québec ait annoncé, en décembre 2016, un investissement supplémentaire dans le Programme d’action communautaire sur le terrain de l’éducation (PACTE).

« Par contre, je suis inquiète car les organismes financés par ce programme ont appris que la convention d’aide financière se terminant en 2022 pourrait être modifiée. La mobilisation des dernières années, afin de faire reconnaître la pertinence des organismes d’alphabétisation populaire, a porté fruit et il faudra continuer nos efforts afin d’assurer un bel avenir aux organismes comme le nôtre », conclut Mme Giguère.

Pour en savoir davantage sur l’APAJ et prendre rendez-vous dans les bureaux d’Acton Vale: 450 261-0384 ou info@apaj.ca.

image