27 juin 2018
Aide financière de 759 300 $ sur trois ans
Un avenir assuré pour Jeunes en santé
Par: Alain Bérubé
De gauche à droite: Manon Gingras (d.g. du CPE La Douce Couvée), le président Gaétan Dion, la kinésiologue Josée-Anne Paquette, les techniciennes en diététique Nathalie Bisaillon et Stéphanie Décarie, la coordonnatrice Véronique Laramée, Brigitte Sarrazin (directrice de l’école Roger-LaBrèque) et Jean-Marie Laplante (préfet de la MRC d’Acton).

De gauche à droite: Manon Gingras (d.g. du CPE La Douce Couvée), le président Gaétan Dion, la kinésiologue Josée-Anne Paquette, les techniciennes en diététique Nathalie Bisaillon et Stéphanie Décarie, la coordonnatrice Véronique Laramée, Brigitte Sarrazin (directrice de l’école Roger-LaBrèque) et Jean-Marie Laplante (préfet de la MRC d’Acton).

Après une grande période d’incertitude sur son avenir, Jeunes en santé a obtenu l’an dernier un sursis d’un an. L’organisme, qui couvre les MRC d’Acton et des Maskoutains, vient de recevoir une aide financière de 759 300 $ afin de sensibiliser les jeunes à l’importance d’adopter de saines habitudes de vie.

Ce montant provient du nouveau Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR), administré par le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire. Il servira à mettre en pratique, pour les trois prochaines années, le projet « Je mange mieux et bouge plus ».

Le président Gaétan Dion est soulagé de constater que, malgré la fin du programme Québec en forme, Jeunes en santé – fondé en 2004 lors de la Finale des Jeux du Québec d’hiver à Saint-Hyacinthe – pourra poursuivre sa mission dans les écoles primaires et secondaires, dans les services de garde en milieu familial et dans les CPE.

Cette aide financière représente environ 80 % du budget annuel de l’organisme.

« Même lorsque notre situation était précaire, l’équipe en place a travaillé d’arrache-pied afin de maintenir nos services. Nous nous sommes creusés les méninges afin de trouver des sources de financement, en faisant preuve de créativité. Ce montant tombe donc à point! », affirme-t-il.

Jeunes en santé pourra ainsi bonifier son offre de service auprès des jeunes de 0 à 17 ans. Les adolescents peuvent ainsi améliorer leurs connaissances culinaires, alors que les enfants fréquentant les CPE, et sur le point d’aller en maternelle, pourront rencontrer des professionnels afin de mieux les préparer à cette étape majeure.

« Ces tout-petits pourront ainsi acquérir des notions en psychomotricité fort précieuses, en étant stimulés sur le plan moteur et en développant des habiletés de mouvements pour tout le corps, ainsi qu’au niveau mental. Quant aux ateliers culinaires pour les ados, c’est une formation très appréciée qui leur permet de mieux manger, à un coût abordable », mentionne la coordonnatrice Véronique Laramée.

Cette dernière ajoute que Jeunes en santé souhaite également rejoindre prochainement les parents par le biais d’une vidéo sur les collations.

« Nous voulons les conscientiser à l’importance d’avoir des boîtes à lunch santé. L’approche sera très positive », promet Mme Laramée.

Le préfet de la MRC d’Acton, Jean-Marie Laplante, insiste sur l’importance de Jeunes en santé.

« Nous avons été heureux d’avoir pu faire notre part afin de maintenir les activités en place. Nos enfants peuvent ainsi mieux se développer et devenir de meilleurs citoyens », déclare-t-il.

Pour en savoir un peu plus sur cet organisme, un nouveau site Internet – www.jeunesensante.org – a été réalisé en collaboration avec Le Courrier de Saint-Hyacinthe. Des recettes et des conseils pour bouger davantage sont proposés au grand public.

image