27 juin 2019
Décès d'un employé de Beaulieu Canada
Un accident mortel qui aurait pu être évité selon la CNESST
Par: Alain Bérubé

Les inspecteurs Roxana Alina Bindea et Julien Bérubé, de la CNESST, ont dévoilé les résultats de l’enquête portant sur un accident mortel survenu l’an dernier à l’usine Beaulieu Canada d’Acton Vale. (photo François Larivière - Le Courrier)

Selon une enquête portant sur les circonstances entourant le décès du cariste André Plante, mort à la suite d’un accident de travail le 13 avril 2018 à l’usine valoise de Beaulieu Canada, le drame aurait pu être évité. La Commission des normes de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a profité de ce rapport pour émettre quelques recommandations et imposer de nouvelles mesures.

Âgé de 48 ans, M. Plante procédait au chargement d’une semi-remorque placée sur un quai de transbordement. Croyant que le chargement était terminé, le chauffeur a avancé son tracteur attelé à la semi-remorque, alors que le cariste y déposait une palette à l’aide de son chariot élévateur.

« C’est alors que le chariot élévateur est tombé dans l’espace créé entre le quai et la semi-remorque. Le cariste s’est retrouvé au sol à l’extérieur du poste de conduite et a été écrasé mortellement par la charge qu’il transportait sur sa palette », mentionne la CNESST.

L’enquête identifie trois causes pour expliquer cet accident : le départ de la semi-remorque a entraîné la chute du chariot élévateur dans l’espace créé entre la semi-remorque et le quai de transbordement; le cariste a été écrasé lors de la chute de la charge transportée par le chariot élévateur; la gestion des activités de transbordement était déficiente, car elle n’empêchait pas le départ inopiné des semi-remorques.

La CNESST a interdit à Beaulieu Canada d’effectuer des travaux de chargement ou de déchargement des semi-remorques devant être déplacées d’un quai à l’autre. Elle a aussi demandé que l’entreprise mette en place des mesures afin d’assurer la santé et la sécurité des travailleurs. De plus, les travailleurs ont reçu une formation sur des procédures de travail plus sécuritaires.

Le rapport suggère entre autres une inspection des chariots élévateurs, avec des ceintures de sécurité obligatoires. Seules les personnes formées et autorisées devraient utiliser ces chariots. On recommande également d’assurer une meilleure communication entre les chauffeurs et le personnel affecté au transbordement.

« L’employeur a très bien collaboré avec nous et s’est conformé rapidement à nos exigences. Nous espérons bien sûr que nos conclusions permettront d’éviter d’autres accidents du genre », mentionne l’inspecteur Julien Bérubé.

La CNESST acheminera les conclusions de son enquête à l’Association du camionnage du Québec, l’Association nationale des camionneurs artisans et le Regroupement des entrepreneurs et des camionneurs indépendants du Québec. Les établissements qui offrent la formation « Transport en camion » pourront également utiliser le document à titre informatif et pédagogique.

Beaulieu Canada a reçu un constat d’infraction qui peut varier de 16 793 $ à 67 176 $, la CNESST considérant que la compagnie « a agi de manière à compromettre la santé et la sécurité des travailleurs ».

La compagnie n’a pas voulu émettre de commentaires sur le rapport de la CNESST. Peu après le décès de M. Plante, Beaulieu Canada avait offert un service gratuit d’assistance psychologique pour les employés et leurs proches. Elle avait également réitéré l’importance de la santé et de la sécurité au travail.

image