19 août 2020
À la tête de l'Unité des Semeurs
Retour aux sources pour l’abbé Alain Mitchell
Par: Alain Bérubé

Alain Mitchell

Natif d’Acton Vale, l’abbé Alain Mitchell fait un retour aux sources. Il occupe en effet le poste de responsable et curé de l’équipe pastorale de l’Unité des Semeurs, qui vient d’ajouter à son territoire les paroisses Saint-André d’Acton Vale, Saint-Nazaire-d’Acton et Saint-Théodore-d’Acton.

Publicité
Activer le son

Le prêtre diocésain âgé de 68 ans a quitté récemment la fabrique Saint-Bernardin de Waterloo afin d’accepter ce nouveau défi. Il est en place depuis le 1er août.

L’abbé Mitchell a quitté Acton Vale à l’âge de 28 ans afin de retourner aux études, avec en tête la volonté de devenir prêtre.

« Deux ans auparavant, une fin de semaine consacrée à la rencontre avec Jésus fut pour moi une véritable révélation. J’ai décidé alors d’améliorer ma vie en privilégiant des valeurs plus positives », explique-t-il.

Ordonné prêtre en 1989, Alain Mitchell a été mandaté dans quelques paroisses du Diocèse de Saint-Hyacinthe, dont 11 ans à Saint-Jude et 11 autres années à Waterloo.

« Notre évêque, Mgr Christian Rodembourg, m’a demandé en janvier de remplir une nouvelle mission, soit diriger le regroupement de dix paroisses qui forment l’Unité des Semeurs. Avec l’aide de Dominique M. Quirion et de Brice Séverin Banzouzi, en tant que prêtres collaborateurs, ce sera un très beau défi à relever », atteste-t-il.

Le trio aura à couvrir un territoire de 45 km de largeur par 35 km de longueur, pour un total de plus de 30 000 personnes. Les autres paroisses sont Saint-Jean-Baptiste (Roxton Falls), Sainte-Hélène-de-Bagot, Saint-Hugues, Saint-Liboire, Saint-Simon-de-Bagot, Saint-Valérien-de-Milton et Saint-Éphrem-d’Upton.

« Nous avons partagé certaines responsabilités et, chaque fin de semaine, six messes auront lieu à travers l’unité pastorale. Il y aura donc des messes aux 15 jours dans les villages du territoire sauf à Acton Vale, où il y aura une messe dominicale les samedis à16 h et les dimanches à 9 h sauf le 5e dimanche du mois. Quant aux messes e en semaine, la plupart des églises de l’Unité pastorale auront des messes à un rythme qui reste encore à préciser », mentionne frère Quirion.

Dès septembre, un feuillet paroissial commun couvrira les dix paroisses sur une base hebdomadaire. Il sera également disponible sur Internet.

« Il y a encore des ajustements à faire, mais tout se déroule très bien. Et on continue bien sûr, à cause de la pandémie, de faire respecter les mesures sanitaires. Mais c’est en général très bien accepté de la part de nos fidèles », observe l’abbé Mitchell.
Dominique M. Quirion a de très bons mots pour le nouveau responsable de l’Unité des Semeurs.

« M. Mitchell est un homme très positif et facile d’approche. Il est à la fois réservé et ouvert aux gens, toujours à l’écoute », dit-il.

Même son de cloche du côté de M. Banzouzi, qui œuvre pour le diocèse de Saint-Hyacinthe depuis deux ans.

« C’est facile de dialoguer avec l’abbé Mitchell. On formera une très bonne équipe et c’est un défi emballant », soutient-il.

Alain Mitchell note par ailleurs quele regroupement de plusieurs paroisses est une tendance à la hausse à travers le Québec.

« On met ainsi en commun plusieurs ressources et c’est un vrai plaisir de travailler tous ensemble. De mon côté, j’apporterai bien sûr quelques nouvelles idées, mais en douceur et dans le respect de ce qui a été réalisé auparavant. J’espère être à la hauteur de la confiance accordée par Mgr Rodembourg, avec l’aide précieuse de mes deux prêtres collaborateurs et des bénévoles », conclut-il.

 

 

 

Alain Mitchell – à droite sur la photo – est le nouveau responsable et curé de l’Unité des Semeurs. On voit à ses côtés Dominique M. Quirion, prêtre collaborateur. Sur l’autre photo, on retrouve Brice Séverin Banzouzi, également prêtre collaborateur.

image