29 mai 2019
Hockey senior
Période de sursis pour le Trackvale
Par: Alain Bérubé

C’est avec tristesse qu’Érik Archambault a annoncé la fin probable du Trackvale d’Acton Vale.

L’homme-orchestre derrière le Trackvale d’Acton Vale a lancé un cri d’alarme lors de la dernière réunion de la Ligue de hockey senior du Richelieu (LHSR). En effet, Érik Archambault a décidé de jeter la serviette en mettant fin aux activités de son équipe. Cependant, la situation pourrait changer si des investisseurs se manifestent.

Depuis trois ans, Érik Archambault multiplie les efforts pour maintenir le Trackvale en vie.

Directeur général de l’organisation, il a pu compter sur plusieurs joueurs locaux de talent, convaincu des commanditaires et offert une belle visibilité à son équipe. Parallèlement à cette charge de travail plutôt colossale, Érik Archambault a tenté de recruter des bénévoles pour combler tous les postes nécessaires au bon déroulement des matchs.

À la fin octobre, David Morin, entraîneur-chef depuis les débuts de l’équipe, a quitté pour relever de nouveaux défis, laissant Archambault avec une tâche de plus à accomplir.

« Trop, c’est trop. Je me suis donné corps et âme pour cette équipe, mais là, ça suffit. La charge de travail est trop énorme pour un seul homme. Depuis trois ans, je multiplie les tâches pour offrir une équipe senior de talent aux partisans. C’est assez! », clame Archambault.

Mercredi, après avoir annoncé à la ligue que le Trackvale se retirait, Érik Archambault a publié la nouvelle sur les réseaux sociaux. La réaction des amateurs a été vive. Les partisans souhaitent garder leur équipe et veulent s’impliquer pour assurer sa continuité.

« À la suite des réactions des amateurs, j’ai demandé un sursis à la Ligue jusqu’à la mi-juin. Mais je ne suis pas très optimiste. La quantité de joueurs locaux qui n’ont pas confirmé leur retour et le calibre de la Ligue qui augmente sans cesse font que la charge de travail est énorme ainsi que les coûts d’exploitation. Je ne crois pas que les conditions actuelles, jumelées aux frais d’opération qui s’annoncent plus élevés afin de pouvoir rester compétitif, soit réalisables dans un marché comme Acton Vale. J’attends de voir ce que proposeront les gens qui se sont manifestés, mais je doute que ce soit suffisant », estime M. Archambault.

Rappelons que le Trackvale, qui a pris part à deux finales en trois ans, a offert un championnat à ses partisans dès sa première saison dans la LHSR.

image