5 septembre 2018
Pas de retour en arrière à la Coopérative de santé d’Acton
Par: Marie-Pier Leboeuf

La récente fermeture de la Coopérative de santé de Saint-Denis-sur-Richelieu, en Montérégie, n’inquiète pas le président Jean-Marie Laplante qui n’a aucune raison de craindre pour l’avenir de la coopérative de la MRC d’Acton.

Les soucis financiers et les membres trop peu nombreux de la Coopérative de santé de Saint-Denis-sur-Richelieu, en Montérégie, ont finalement eu raison de l’aventure coopérative dans cette petite municipalité. Le bâtiment a récemment été vendu à un médecin de l’endroit et reviendra une simple clinique publique. Une situation semblable n’est pas prévue de se produire à Acton Vale, assume la direction de la Coopérative de Solidarité de Santé de la MRC d’Acton.

Les deux coopératives, à Saint-Denis et à Acton Vale, ont toutes les deux été mises sur pied en 2009. Le scénario qui se dessine est toutefois plus rose dans la MRC d’Acton puisque la clinique médicale sise sur la rue Boulay compte encore plus de 2 600 membres dans son aventure, comparativement aux quelque 500 membres qui étaient inscrits dans la Vallée-du-Richelieu avant que cette coopérative ne soit dissoute.

« On est conscients de ce qui arrive ailleurs, mais on a l’objectif de garder notre coop en santé. On a une bonne réponse de la part des citoyens et on va continuer de travailler fort pour attirer de nouveaux membres », souligne le président du conseil d’administration de la Coopérative de Solidarité de Santé de la MRC d’Acton, Jean-Marie Laplante.

Le nombre de membres a tout de même nettement diminué depuis les premières années de services de la coopérative valoise. Plus de 5000 membres finançaient l’initiative au départ, soit le double qu’actuellement. Cette baisse considérable n’inquiète pas pour autant M. Laplante, le préfet de la MRC d’Acton, qui se dit rassuré par la stabilité du membership depuis trois ans.

La coopérative vient d’ailleurs de signer un bail à long terme pour emménager dans les locaux voisins de la bannière Uniprix d’Acton Vale, sur la rue Roxton, dès le début 2019. « On avait besoin d’agrandir nos locaux pour améliorer nos services et nous n’aurions pas pu se le permettre si nos membres n’étaient pas là. Ça prouve que ça va bien », déclare M. Laplante.

Dans le cas de la coopérative de Saint-Denis, le nombre de membres était bon dans les premières années, explique le président Julien Gauvin, mais avec les années, il avait tendance à diminuer. Il était d’ailleurs difficile d’offrir des avantages importants aux membres, surtout qu’être membre de la coopérative ne garantissait pas l’accès à un médecin.

« C’était un gros projet qui demandait beaucoup d’implication avec un CA qui se réunissait chaque mois, avec un recrutement difficile et une baisse du membership. Les gens sont très contents de la nouvelle », relate M. Gauvin au sujet de la vente.

Les années difficiles sont loin derrière

La Coopérative de santé de la MRC d’Acton a elle aussi connu ses années plus difficiles, aux prises avec de sérieux problèmes de recrutement de médecins. « Lorsqu’on a ouvert, on n’avait même pas deux médecins. C’était difficile d’avoir accès aux services parce que ça pouvait prendre jusqu’à un mois avant d’avoir un rendez-vous, donc les patients se décourageaient », se souvient-il.

En 2015, M. Laplante a pris le taureau par les cornes en se rendant directement au ministère de la Santé et des Services sociaux pour sonner l’alarme. Depuis cette rencontre, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) attribue un ou deux médecins par année à la coopérative, qui compte huit médecins pour opérer ses services.

« Aujourd’hui, on peut avoir un rendez-vous en deux jours ou la journée même quand on est chanceux! Ça facilite l’accès aux services de proximité et notre coopérative se porte beaucoup mieux », se réjouit-il.

Vu la forte demande, de nouvelles plages horaires ont été ajoutées pour les patients sans rendez-vous à raison de deux soirs par semaine. À ce jour, ce sont plus de 7000 patients, membres ou non membres, qui ont un dossier dans cette coopérative.

image