17 mars 2021
Canton de Roxton
Pas d’abattoirs spécialisés à proximité pour la ferme Au Gîte des Oies
Par: Alain Bérubé

Linda Lazure

La ferme Au Gîte des Oies, une entreprise du Canton de Roxton inaugurée il y a six ans, est en pleine expansion. Mais les propriétaires Louis-Paul Quérel et Linda Lazure doivent redoubler d’efforts, car il n’y a aucun abattoir spécialisé à proximité.

Publicité
Activer le son

À ses débuts, ce producteur d’oies fermières a choisi la Ferme d’Orléans, un abattoir provincial situé près de Québec.

« Ce n’est toutefois pas évident de transporter nos oies à cet établissement, situé à deux heures et demie de chez nous. Le bien-être de l’animal est alors difficile à assurer », mentionne Mme Lazure.

Les propriétaires du Gîte des Oies ont par la suite opté pour les Fermes Hudson Valley, un abattoir fédéral situé à Saint-Louis-de-Gonzague.

« C’était un peu mieux pour nous, car c’est à deux heures de distance, soit 30 minutes de moins. On avait une bonne entente avec l’inspecteur de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, mais son successeur était beaucoup plus rigide.

Ainsi, on ne pouvait pas réunirnos mâles et nos femelles pour l’abattage. De plus, il craignait une contamination des œufs alors qu’à nos yeux, il n’y avait aucun risque. À la suite de cette décision, nous n’avions plus de possibilités pour abattre nos 400 oies. Nous avons pu in extremis abattre nos oies grâce à de bons samaritains car sans cela, nous aurionsdû arrêter notre beau projet », soutient Mme Lazure.

Pour son prochain rendez-vous avec un abattoir, la ferme du Canton de Roxton doit se résigner à reprendre la route vers l’Île d’Orléans. Mais une solution se dessine à Granby, indique Linda Lazure.

« Nous sommes membres de la coopérative de solidarité Le petit abattoir, qui se prépare à ouvrir un abattoir fédéral. On ne sait toutefois pas quand ce sera disponible pour les éleveurs de la région », indique-t-elle.

En attendant, les propriétaires du Gîte des Oies ont bien des projets en tête.

« Nous comptons actuellement sur un élevage d’environ 600 oies. L’entreprise a une très belle visibilité et malgré la pandémie, on a connu une belle année 2020. Ce fut plus difficile pour la location de nos chambres, mais nous sommes associés avec Terego, un réseau de stationnements gratuits pour VR chez des producteurs du terroir à travers le pays. Quant à nos produits, quelques nouveautés sont en préparation, dont du smoked meat, des saucisses et de la choucroute. Avec en plus nos produits déjà sur le marché, dont les terrines, les rillettes, les magrets, les cuisses confites et les mousses de foie d’oie, c’est avec fierté et enthousiasme que nous développons de vrais délices! », conclut Linda Lazure.

image