22 juillet 2020
Suspension des activités de la LBMQ
« On espère que la situation se règlera rapidement » – Jean-François Dorais
Par: Annie Gagnon

Jean-François Dorais, directeur général des Castors, souhaite qu’une entente soit rapidement conclue avec la santé publique afin que les neuf équipes de la Ligue puissent jouer les matchs prévus dans cette saison déjà écourtée. (photo Nathalie Miclette - LBMQ)

Moins d’une semaine après le début des activités dans la Ligue de baseball majeur du Québec, le président Daniel Bélisle a suspendu la saison par souci d’équité entre les neuf équipes du circuit.

Publicité
Activer le son

Vendredi, à la suite des trois rencontres prévues en soirée, la LBMQ a fait connaître sa décision par voie de communiqué. Pour expliquer cette décision, M. Bélisle mentionne le manque de compréhension de la réalité du baseball amateur québécois de la part de la santé publique, en ce qui concerne le litige du nombre de spectateurs autorisés dans chacun des stades.

DES DIRECTIVES CONTRADICTOIRES

Le directeur général des Castors d’Acton Vale, Jean-François Dorais, souligne les directives contradictoires reçues de part et d’autre. Dans un premier temps, une consigne de la santé publique mentionnait que chaque formation devait s’entendre avec sa Municipalité pour déterminer le nombre de spectateurs pouvant être admis.

Les Castors ont fait leurs devoirs et ont établi le nombre à 175 spectateurs en plus de mettre en place un système de déplacement favorisant la dis- tanciation sociale demandée. Les deux rencontres disputées au Stade Léo-Asselin se sont d’ailleurs très bien déroulées.

« Nous avons estimé qu’en fixant le nombre de spectateurs à 175, nous serons capables de couvrir les frais encourus pour la saison. En bas de ça, nous mettons en péril l’organisation des Castors. Il faut savoir qu’une saison amène des coûts très importants pour les équipes. L’adhésion à la Ligue ainsi que l’achat d’uniformes, de casquettes, de balles et de bâtons représentent déjà

des milliers de dollars », mentionne le directeur général.

Vendredi après-midi, une seconde directive est parvenue aux munici- palités. Celle-ci contenait un rappel pour le port du masque obligatoire à compter du 18 juillet et fixait le nombre de spectateurs à 50, maximum.

« Si cette directive-là avait été mentionnée avant qu’on joue notre premier match, jamais nous n’aurions commencé la saison. C’est illusoire de penser qu’une équipe peut s’en sortir avec si peu de spectateurs. Les pertes de revenus associées aux entrées, à la loterie volontaire ainsi qu’au restaurant et à la vente de bières nous mènent directement dans un mur. Nous nous

préoccupons de bien respecter les règles de distanciation, nous avons des stations de désinfection des mains et des trajets pour éviter que les gens se croisent et nous croyons fortement que c’est faisable avec 175 spectateurs puisque nous l’avons vécu lors des deux matchs que nous avons joués. J’espère mainte- nant que les démarches effectuées par le président vont donner des résultats parce que ce n’est pas seulement la saison qui est en jeu, mais la Ligue. Si nous ne pouvons pas jouer cette année, j’ai bien peur que les frais encourus pour les deux seuls matchs joués causent un énorme déficit aux neuf équipes de la Ligue et mettent celle-ci en péril », explique Jean-François Dorais.

image