5 septembre 2018
Softball Québec
Noémie Marin intronisée au Temple de la renommée
Par: Annie Gagnon

Le 17 novembre, Noémie Marin sera intronisée au Temple de la renommée de Softball Québec.

Athlète émérite en softball et en hockey, Noémie Marin a pratiqué ces deux sports à un haut niveau. Les prouesses en softball de la jeune femme de 34 ans seront récompensées lors de la Soirée des mérites de Softball Québec, alors qu’elle sera intronisée en tant qu’athlète.

 

Le parcours de Noémie Marin est jalonné de succès. Un succès bien mérité pour une athlète qui a toujours fait preuve de rigueur pour atteindre ses objectifs. C’est à l’âge de 13 ans, alors qu’elle évoluait avec une formation de baseball AA à Drummondville, que Noémie a été remarquée par un entraîneur de softball.

Au début des années 2000, Noémie s’aligne avec les Rebelles du Québec, une formation relevant du programme des équipes féminines du Québec. Ces années s’avèrent fructueuses pour l’athlète qui se distingue individuellement en recevant, à deux reprises, le trophée Claudette-Bergeron, décerné à l’athlète féminine de l’année. Noémie reçoit aussi deux fois le titre de joueuse la plus utile à son équipe lors des championnats canadiens de 2001 et 2002.

« Les Rebelles ont joué un rôle important dans ma vie d’athlète. C’est avec elles que j’ai formé mon identité de joueuse de softball », se rappelle-t-elle.

Jeux Olympiques

En 2004, Noémie tente sa chance avec l’équipe nationale canadienne et se taille une place sur l’équipe de réserve en vue des Jeux d’Athènes. La Valoise se rend en Grèce avec l’équipe, mais elle revient après quelques jours pour se présenter au camp des 22 ans et moins de Hockey Canada.

« Il y avait une fille qui n’était pas certaine de pouvoir jouer à cause d’une blessure mais le jour de l’ouverture des Jeux, elle a décidé de participer. Je savais que si je restais, c’était pour être spectatrice alors j’ai refusé. Je voulais aller aux Jeux comme joueuse et non comme spectatrice. Je suis donc revenue au Canada », raconte Noémie.

Malgré la déception, Noémie ne baisse pas les bras. Elle continue à travailler d’arrache-pied pour joindre l’alignement de l’équipe numéro 1 avec qui elle participe au Championnat du monde à Beijing, en Chine où la formation conclut le tournoi au 5e rang. Elle sera aussi de l’aventure canadienne lors de la Coupe du monde de softball en 2006 et de la Coupe canadienne en 2005 et 2006.

En 2007, la jeune athlète poursuit son périple avec les Canadiennes en prenant part aux Jeux panaméricains, où elles sont décorées d’argent. Un an plus tard, Noémie vit l’aventure olympique aux Jeux de Beijing, en Chine. Un événement historique puisqu’en 2008, le softball en est à sa dernière année de présentation aux Olympiques. Les Canadiennes vivent une déception lors de ce tournoi en se classant au pied du podium, soit en 4e position.

« Même si ça fait déjà dix ans, je me souviens exactement des derniers Jeux. J’y pense encore beaucoup. Je pense au fait que nous étions si près d’une médaille, en plus de la déception ressentie. J’ai tout de même de bons souvenirs de ces Jeux, puisque je me suis fait de très bonnes amies qui sont maintenant un peu partout au Canada et aux États-Unis. Le fait que ce soit la dernière fois que le softball était représenté aux Jeux nous a empêchées de revivre l’expérience et tenter de mettre la main sur une médaille », mentionne Noémie.

Intronisation

C’est le 17 novembre que la jeune athlète de 34 ans fera son entrée au Temple de la renommée de Softball Québec, à titre d’athlète. Elle devient ainsi la 54e personne à joindre le club sélect des nominés.

« Je suis surprise et très honorée par cette nomination. Je ne m’attendais pas à ça, mais c’est une reconnaissance qui est très appréciée », conclut Noémie.

image