9 Décembre 2020
Nominée au sein de l’Ordre du Canada
Menka Nagrani, une artiste engagée qui aime sortir des sentiers battus
Par: Alain Bérubé

Menka Nagrani vient d’être nominée au sein de l’Ordre du Canada. (photo Karin Benedict)

Que ce soit en danse, en théâtre ou en musique, Menka Nagrani a fait sa marque grâce à son audace et sa volonté de sortir du cadre. La Valoise d’origine vient de voir son engagement social reconnu de belle manière, étant nominée au sein de l’Ordre du Canada.

Publicité
Activer le son

Cette artiste multidisciplinaire a fondé, en 2004, les Productions des pieds des mains. Cette compagnie fait partie des pionnières dans l’inclusion d’artistes en situation de handicap. Ses créations ont été présentées non seulement à Montréal, mais également dans le reste du Canada, en Belgique, en France et au Japon.

« Elle est la première compagnie de danse à intégrer des corps diversifiés, des corps handicapés, des personnes avec une déficience intellectuelle, troubles du spectre de l’autisme, handicap invisible ou problèmes de santé mentale. Pionnière avant son temps, bien avant que notre société nous demande d’intégrer ou de faire de la place à la diversité des artistes sur la scène! Ce qui est tout à son honneur. Cela a ouvert la porte à d’autres compagnies québécoises qui ont par la suite engagé des interprètes ayant un handicap intellectuel qui s’étaient formés auprès d’elle », mentionne Hélène Langevin, chorégraphe pour la compagnie Bouge de là.

C’est avec émotion que Menka Nagrani a accepté cet honneur.

« J’ai été vraiment agréablement surprise d’apprendre la bonne nouvelle. L’Ordre du Canada reconnaît ainsi mon approche artistique, qui met en avant-plan la diversité et l’interdisciplinarité qui permet de briser les frontières, comme par exemple l’intégration de la danse traditionnelle dans nos créations. Cette réussite n’aurait pas été possible sans ces fabuleux artistesqui ont contribué au succès de la compagnie », déclare-t-elle.

Mme Nagrani adore par ailleurs partager sa passion avec d’autres compagnies artistiques.

« On m’invite de temps à autres comme metteure en scène ou comme chorégraphe invitée, ce qui me permet de démontrer d’autres facettes de ma créativité. Par ailleurs, je donne également des conférences et des classes de maître au Canada et en Europe », soutient-elle.

Après un ralentissement des activités du à la pandémie de COVID-19, l’agenda de Menka Nagrani s’annonce fort bien rempli pour 2021. Ainsi en octobre, la tournée du spectacle de théâtre musical et dansé Cendres reprendra du service, avec des escales dans les Maisons de la culture de Montréal. La compagnie est par ailleurs en résidence de création pour un concept d’improvisation multidisciplinaire et inclusif, en vue d’un spectacle à l’hiver 2022.

« De plus, un film documentaire intitulé On voulait faire un film de science-fiction est actuellement en postproduction. J’aimerais beaucoup qu’il soit présenté dans des festivals de cinéma, pour ensuite être diffusé à la télévision », confie-t-elle.

Menka Nagrani assure que le feu sacré est toujours bien présent en elle, avec un avenir florissant pour les Productions des pieds des mains.

« Ça prend une bonne dose de persévérance et beaucoup d’écoute, car chaque artiste de notre compagnie a un parcours et un handicap différents. Mais j’adore relever de tels défis. On ouvre plusieurs nouvelles portes et tant mieux si ça change le monde positivement », conclut-elle.

« Si aujourd’hui le milieu artistique commence à reconnaître le statut d’artiste à des personnes ayant ce genre de handicap, c’est grandement dû au travail de défrichage, de sensibilisation et de pédagogie de Menka Nagrani. Elle est une personne clé dans le paysage culturel québécois et dans la lutte pour la diversité », renchérit Mme Langevin.

image