24 février 2021
Baseball
Martin Bérubé joint les rangs de l’ABC
Par: Annie Gagnon

Entraîneur aux sports-étude baseball de l’école Fadette de Saint-Hyacinthe depuis l’automne, Martin Bérubé ajoute une nouvelle corde à son arc en devenant entraîneur des lanceurs de l’Académie du baseball du Canada (ABC). Un autre défi intéressant pour celui qui a fièrement défendu les couleurs des Castors d’Acton Vale au cours des 15 dernières années.

Publicité
Activer le son

Le baseball fait partie de la vie de Martin Bérubé depuis très longtemps. Établis à Montréal dans le quartier défavorisé d’Hochelaga-Maisonneuve dans les années 1980, les parents de Martin ont vite réalisé l’importance d’occuper leur garçon dans une activité saine. Ils ne savaient pas encore que leur fils bâtirait sa vie sur cet investissement.

« Mon père et mes deux oncles ont toujours joué au baseball. C’était donc naturel pour eux que je m’y mette moi aussi. Dès l’âge de trois ans, on m’a mis une balle et un gant dans les mains et, à partir de ce moment, tous mes étés ont été consacrés à ce sport », explique-t-il.

De la catégorie moustique au bantam AA, Martin a défendu les couleurs de l’équipe Maisonneuve. Par la suite, il a évolué une saison au niveau midget AAA avec Montréal et une année junior Élite. Parallèlement à cette saison, il a joint le programme ABC (Académie du baseball du Canada) et, à 17 ans, il a signé son premier contrat professionnel à titre de lanceur avec les Orioles de Baltimore.

En 2004, la carrière professionnelle de Martin se termine abruptement. Il revient donc en sol québécois où, peu à peu, il fait des apparitions au sein de la Ligue de baseball senior élite du Québec (LBSEQ).

En 2006, Martin contribue au retour d’une équipe senior au Stade Léo-Asselin d’Acton Vale. Bâtisseur de cette nouvelle mouture, il devient rapidement un Valois d’adoption.

Lanceur, receveur, voltigeur et frappeur de puissance, le #34 occupe différents postes au sein de l’organisation, dont celui d’entraîneur-chef qu’il a délaissé à la fin de la dernière campagne.

Du baseball à temps plein

Parallèlement à sa nouvelle carrière d’entraîneur aux sports-études baseball à l’école secondaire Fadette de Saint-Hyacinthe, Martin Bérubé et trois autres personnes influentes du monde du baseball québécois, ayant eu divers parcours et expériences, ont été approchés par Baseball-Québec pour discuter des programmes de haute performance.

« La firme Better Sport a présenté un rapport d’une centaine de pages qui compare le baseball québécois à ce qui se fait ailleurs aux États-Unis et en Europe. À la suite de ce rapport fort intéressant, les dirigeants de Baseball Québec ont décidé de former une super ligue de l’ABC et de mandater quatre personnes, dont moi, pour émettre des opinions et des recommandations pour améliorer l’Académie », explique-t-il.

Quelques semaines après avoir mandaté Martin Bérubé pour discuter du programme de haute performance, quelques dirigeants de Baseball Québec ont sondé son intérêt à se joindre à l’équipe d’entraîneurs des lanceurs pour la saison estivale.

« Tous les astres étaient alignés pour que j’accepte le poste. En étant entraîneur aux sports-études, c’est tout à fait logique de continuer de suivre mes jeunes dans la haute performance. La nouvelle ABC, ce sont les 60 meilleurs joueurs québécois de 18 ans et moins. La saison estivale durera trois mois etle dernier mois, en juillet, se déroulera entièrement aux États-Unis afin que les jeunes joueurs participent à plusieurs tournois. Je vais donc pouvoir poursuivre mon travail en accompagnant les jeunes pour la saison estivale. Ça me permettra de leur donner le plus d’outils possible pour atteindre leurs objectifs », mentionne-t-il.

Amélioration et progression

Martin Bérubé vit de très beaux moments dans sa nouvelle job de coach. Toujours aussi passionné de baseball, il continue d’apprendre tout en partageant son savoir avec ses jeunes protégés.

« C’est tellement valorisant de voirles jeunes s’améliorer de semaine en semaine. Mon but est de leur enseigner toute l’expérience acquise dans le baseball professionnel. Je veux qu’ils sachent à quoi s’attendre, tant au niveau physique que mental, pour passer au prochain niveau qui est le baseball collégial américain etle baseball professionnel. C’est un gros défi mais c’est passionnant », conclut-il.

image