21 octobre 2020
Depuis bientôt 30 ans
Marcel Brunet, un distributeur dévoué pour La Pensée
Par: Alain Bérubé

Marcel Brunet

Responsable de la distribution du journal LA PENSÉE et du Publisac depuis avril 1991, Marcel Brunet consacre toujours autant d’énergie afin que cette importante étape soit toujours bien accomplie de semaine en semaine.

Publicité
Activer le son

« Lorsque j’ai joint l’équipe de LA PENSÉE, je travaillais principalement dans le domaine du transport scolaire, ce qui est d’ailleurs encore le cas. Je connaissais déjà les frères Michel et Jean-François Dorais grâce à mon implication au sein du hockey et du baseball mineur et, encore aujourd’hui, c’est avec plaisir que je fais équipe avec eux », raconte M. Brunet.

Les mercredis de Marcel Brunet démarrent vers 2 ou 3 heures du matin, alors que les copies de LA PENSÉE – fraîchement imprimées par Transcontinental à Ville d’Anjou – et les Publisac sont acheminés dans un local situé dans le parc industriel d’Acton Vale.

« On peut compter sur une équipe de 10 distributeurs et de 15 camelots. On collabore, pour l’assemblage des journaux et des circulaires distribués à Acton Vale, avec le Centre de bénévolat d’Acton Vale et le CFER de la Polyvalente Robert-Ouimet. C’est un début de journée très bien rempli », mentionne M. Brunet.

Âgé de 71 ans, Marcel Brunet affirme qu’il apprécie encore tout autant cette fonction.

« Ça me permet de voir plein de monde. Et j’aime le travail manuel. Je me couche très tôt le mardi soir afin d’être en forme le mercredi », confie-t-il.

Marcel Brunet affirme avoir beaucoup de chance, réussissant toujours à accomplir sa mission hebdomadaire malgré les caprices de la météo.

« C’est arrivé une seule fois que je n’ai pas pu me rendre dans la région de Valcourt le même jour, mais c’était vraiment toute une tempête! », se rappelle-t-il.

M. Brunet avoue que le recrutement de camelots et de distributeurs n’est pas toujours facile.

« Les jeunes d’aujourd’hui sont moins nombreux à vouloir être camelots. Mais plusieurs personnes âgées acceptent un tel emploi. Ça leur permet de faire un peu d’exercice tout en ayant un revenu supplémentaire », dit-il.

Marcel Brunet assure que son équipe fait son gros possible afin que la distribution de LA PENSÉE et du Publisac se déroule à merveille.

« On reçoit des plaintes de temps à autres, mais il ne faut pas oublier que les conditions météorologiques peuvent parfois nous compliquer la vie. Certaines boîtes aux lettres sont aussi peu accessibles. Des citoyens nous demandent par ailleurs de ne pas livrer de Publisac – qui sont recyclables – à leur domicile, mais ils se privent alors également de recevoirLA PENSÉE. Je compte donc sur la compréhension des lecteurs, qui en général ont très hâte de lire le journal et de consulter les circulaires », allègue-t-il.

M. Brunet soutient qu’il demeurera à la tête de la distribution de LA PENSÉE et des Publisac durant encore un bon bout de temps.« Je suis encore en grande forme et j’ai une équipe dévouée. Et j’ai encore bien du plaisir! », conclut-il.

image