14 février 2018
Projet de complexe pour retraités actifs à Acton Vale
Les promoteurs surpris face à l’opposition au projet
Par: Alain Bérubé

Un terrain vacant, situé au coin des rues Lemay et Hormidas-Lemoyne à Acton Vale, pourrait accueillir un complexe pour retraités érigé par les frères Martin et Sylvain Lemay, copropriétaires de la Résidence du Domaine Rousseau.

Les propriétaires de la Résidence du Domaine Rousseau, Martin et Sylvain Lemay, espèrent ouvrir d’ici 2019 ou 2020 un complexe pour retraités à Acton Vale, au coin des rues Lemay et Hormidas-Lemoyne. Malgré la possibilité qu’un référendum mette fin à leur projet à cet endroit, les deux frères ont bon espoir de rallier les citoyens de ce secteur à leur cause.

« Nous avons acquis un terrain vacant de 151 000 pieds carrés, à la fin juillet, afin de construire un complexe, situé à une minute à pied du CLSC et à mi-chemin entre le centre-ville et le centre d’achats, pour une clientèle qui n’est pas desservie actuellement à Acton Vale. On croyait bien que la modification du zonage, permettant la construction de notre complexe, se déroulerait sans problème. C’est décevant car quelques citoyens tentent de mobiliser tout un quartier contre notre projet, qui s’intégrera pourtant parfaitement au milieu, alors que seulement 28 % des résidants du secteur ont signé la tenue de registre », affirme Martin Lemay.

Sous le nom de Tandem, ce complexe pour retraités accueillerait, dans sa première phase, 38 logements.

« Si la demande est au rendez-vous, une seconde phase se concrétisera en 2025, suivie d’une troisième phase, incluant l’implantation d’un salle à manger, en 2032. Ça donne amplement le temps de bien planifier les travaux. Notre but est de créer un milieu de vie chaleureux et convivial », soutient M. Lemay.

La tenue de registre, tenue le 31 janvier à l’hôtel de ville d’Acton Vale, a permis de récolter 57 signatures. Au moins 31 signatures était requises pour l’obtention d’un référendum.

Selon la Loi sur les élections et référendums, une municipalité a en tout 120 jours, à partir de l’adoption d’un règlement de zonage, pour aller de l’avant ou non avec un scrutin référendaire.

« La Ville se prononcera prochainement, lors d’une assemblée municipale, sur notre projet. Nous sommes en tout cas prêts à informer les citoyens afin de les rassurer. Ce sera une clientèle paisible et notre complexe déjà en demande répondra à un réel besoin, j’en suis convaincu », conclut M. Lemay.

image