1 décembre 2021
Les éducatrices du CPE La Douce Couvée gardent espoir d’éviter la grève illimitée
Par: Alain Bérubé

Les éducatrices du CPE La Douce Couvée ont manifesté à plusieurs reprises. à Acton Vale et à Roxton Falls, afin de manifester leur déception face à l’inertie actuelle des négociations avec Québec.

Comme partout à travers à Québec, les éducatrices du CPE La Douce Couvée, à Acton Vale et à Roxton Falls, ont tenu des journées de piquetage, au cours des dernières semaines, afin d’exprimer leur déception face au piétinement des négociations de la convention collective. Elles souhaitent davantage d’écoute et de reconnaissance de la part du gouvernement du Québec, espérant que le conflit se règle prochainement.

Publicité
Activer le son

Les éducatrices de la Douce Couvée sont affiliées à la SQEES-FTQ, qui dévoilera sous peu son plan de match.

« Nous sommes bien plus que de simples gardiennes. Les éducatrices jouent vraiment un rôle majeur dans le développement de l’enfant avant qu’il aille à l’école, On l’aide à devenir un bon citoyen », fait observer Carolyne Côté-Couture.

Les éducatrices espèrent, en plus d’un rattrapage salarial majeur, que le personnel de soutien en CPE (cuisiniers, préposés à l’entretien, secrétaires, etc.) bénéficie également d’une hausse substantielle des salaires, comparables à ceux en vigueur pour les mêmes fonctions ailleurs dans la fonction publique.

On demande également des ressources plus importantes pour les enfants ayant des besoins particuliers.

« Nos demandes sont sur la table, mais ça ne bouge pas très vite. C’est dommage, car après 18 mois sans contrat de travail, il est temps qu’on nous prenne au sérieux », renchérit Angela Thibodeau.

« Malheureusement, le gouvernement ne semble pas comprendre notre réalité. La grève illimitée, on ne la souhaite pas. Même si plusieurs parents appuient nos revendications, ils craignent bien sûr les impacts d’une telle grève. J’espère sincèrement qu’on en viendra à une entente rapidement, mais s’il le faut, on se battra jusqu’au bout », clame Ariane Séguin-Leduc.

image