13 janvier 2021
Six ans après avoir fermé sa fraisière
L’élevage de poulets à temps plein, un choix judicieux pour la famille Arsenault
Par: Alain Bérubé

Sylvie et Gilles Arsenault - au centre de la photo - ont tourné une page majeure, en 2015, en cessant leurs activités de production de petits fruits, optant pour les poulets à griller. Ils sont ici entourés de leurs enfants Thierry, Roselyne et Samuel. (photo Fabrice Gaëtan/gracieuseté Les Éleveurs de volailles du Québec)

En 2015, Gilles et Sylvie Arsenault tournaient une page importante en mettant fin à leurs activités reliées aux petits fruits afin de se concentrer entièrement sur la production de poulets à griller. Bien que ce fut un choix déchirant, le couple affirme être heureux d’avoir pris cette décision.

Publicité
Activer le son

La Fraisière Sylvie et Gilles Arsenault, située sur la route 116 à Acton Vale, a fait le bonheur de sa clientèle durant 23 ans. Leur entreprise faisait partie des plus gros producteurs de fraises au Québec.
Mais, selon Gilles Arsenault, il était temps d’aller dans une autre direction.

« Ce sont des raisons économiques et la recherche d’une meilleure qualité de vie qui ont motivé notre décision il y a six ans. Et nous sommes vraiment ravis d’avoir décidé de nous concentrer sur la production de poulets, qui faisait déjà partie de nos activités depuis 1994. Ça va vraiment très bien! », affirme-t-il.

Ce dernier, qui œuvre dans le domaine des volailles depuis plus de 40 ans, soutient que la croissance va bon train. La culture de maïs-grain et de soya tient également la famille occupée.

« Lorsque la fraisière a cessé ses opérations, nous avons agrandi un des poulaillers pour ainsi compter sur une production de 300 000 poulets à griller par année. On a intégré de nouvelles technologies et un ouvrier à temps partiel nous donne un bon coup de main », mentionne M. Arsenault.

Le fils aîné du couple, Samuel, a joint l’entreprise après avoir obtenu un diplôme à l’Institut de technologie agroalimentaire, campus de Saint-Hyacinthe.

« Nous sommes très heureux que Samuel soit des nôtres. Quant à nos deux autres enfants, Roselyne et Thierry, ils sont les bienvenus s’ils souhaitent également prendre la relève familiale, mais sans aucune pression de notre part », assure Gilles Arsenault.

La pandémie de COVID-19 n’a pas trop atteint le moral de la famille Arsenault, qui croit que la situation actuelle peut susciter des réflexions enrichissantes.

« Les Québécois ont constaté qu’on doit miser encore plus sur la production locale. Il faut prendre conscience de l’importance de l’autonomie agroalimentaire », allègue Gilles Arsenault.

Âgé de 62 ans, M. Arsenault est encore très actif. Il agit également comme consultant en production avicole.

« J’ai encore quelques projets en tête, qui prendront forme d’ici 2022, une fois que la pandémie sera derrière nous pour de bon. On opte pour une progression modérée, en gardant un bel équilibre afin qu’on puisse profiter pleinement de la vie », conclut-il.

 

L’entreprise agricole produit plus de 300 000 poulets à griller par année. (photo Fabrice Gaëtan/gracieuseté Les Éleveurs de volailles du Québec)

image