23 mars 2022
Conflit à la caserne 50 d'Acton Vale
Le maire Charbonneau a confiance que l’harmonie reviendra
Par: Alain Bérubé

Alors qu’un conflit interne a éclaté récemment à la caserne 50 d’Acton Vale, le maire Éric Charbonneau a bon espoir que la situation sera bientôt rétablie.

Publicité
Activer le son

Le quotidien granbyen La Voix de l’Est a révélé que les relations étaient tendues, soutenant que des pompiers avaient démissionné à cause de l’attitude du directeur adjoint au service d’incendie, Jean Fontaine.

M. Charbonneau a été surpris et choqué par ces affirmations, niant cette vague de démissions.

Il soutient qu’aucune démission n’a eu lieu l’an dernier et que pour 2022, un seul départ est survenu jusqu’à maintenant, motivé par un déménagement.

« Pourquoi ces pompiers se sont-ils exprimés ainsi publiquement, et sous le couvert de l’anonymat? Des conflits, ça arrive souvent au sein d’organismes ou d’entreprises. De notre côté, nous avons entrepris des démarches afin de rétablir l’harmonie, avec entre autres un consultant en ressources humaines sur place. Et j’ai confiance qu’on va bien s’en sortir », confie le maire à LA PENSÉE.

Éric Charbonneau affirme que Joël Perron, qui a quitté son poste de directeur du service de sécurité d’incendie d’Acton Vale et de Saint-Théodore-d’Acton pour relever un défi dans le Nord québécois, est en très bons termes avec la Municipalité.

« M. Perron a accepté d’agir comme consultant afin d’avoir une belle transition. Quant à M. Fontaine, il demeure en place et assure en partie l’intérim. Ce n’est pas facile pour lui car il se fait pointer du doigt publiquement, mais soyez assurés que la Ville prend le dossier au sérieux. Je demeure optimiste qu’on traversera cette crise », déclare-t-il.

image