26 octobre 2022
Protection de la langue française
Le Bloc québécois déplore la volte-face des libéraux et des conservateurs
Par: La Pensée de Bagot

Le projet de loi C-238 portant sur la protection du français au Québec n’a pas fait l’unanimité au Parti libéral du Canada (PLC) et au Parti conservateur du Canada (PCC) qui l’ont tous deux rejeté.

Publicité
Activer le son

Rappelons que ce projet de loi venait en réponse aux récentes données démontrant un certain déclin du nombre de personnes parlant français au Québec.

« C’est désormais clair, quand vient le temps d’agir pour la langue française au Québec, ne comptez pas sur les libéraux ni sur les conservateurs. Tous les indicateurs sur la langue française sont au rouge, mais Justin Trudeau et Pierre Poilievre préfèrent croiser les bras plutôt que d’agir. Avec notre projet de loi, nous leur offrions la chance de faire partie de la solution. Ils auront préféré s’inscrire du mauvais côté de l’histoire », dénonce la députée bloquiste dans Shefford, Andréanne Larouche.

Au fil des dernières semaines, le Bloc québécois avait invité les partis fédéraux à un « test de cohérence » en proposant d’agir sur deux fronts déterminants, soit la connaissance suffisante du français pour les personnes vivant au Québec qui souhaitent obtenir leur citoyenneté et l’obligation, pour les entreprises fédérales qui exercent leurs activités sur le territoire québécois, d’appliquer la Charte de la langue française.

« Malgré sa position antérieure en faveur des mesures énoncées dans notre projet de loi, le Parti conservateur de Pierre Poilievre nous révèle aujourd’hui ses nouvelles couleurs. Protéger la langue française par des mesures efficaces ne fait manifestement pas partie de son programme. C’est pourtant 281 députés de cette Chambre qui ont voté en faveur d’une motion du Bloc reconnaissant que le Québec forme une nation et que sa seule langue officielle et commune est le français. Les bottines auraient dû suivre les babines », conclut Mme Larouche.

image