9 avril 2021
La P’tite maison bleue continue de rayonner
Par: Alain Bérubé

La Résidence La P’tite maison bleue poursuit sa mission grâce à une équipe très humaine et accueillante. On voit ici, en arrière, le coordonnateur Gilbert Côté, l’éducatrice Naomy Ménard, Luc Landry, un usager, et l’éducatrice Thalie-Anne Dalpé. En avant-plan, nous retrouvons Jacinthe Lavoie et Meggie Bélanger-Daigle, deux usagères.

Pandémie ou non, La Résidence La P’tite maison bleue garde le cap. Ce havre de paix, inauguré par Lise Jodoin Fournier en 2015, offre un moment de répit privilégié aux familles qui vivent avec une personne adulte ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme.

Publicité
Activer le son

La résidence, située sur le 9e Rang à Roxton Falls, compte depuis janvier sur un nouveau coordonnateur, soit Gilbert Côté, natif d’Acton Vale. Celui qui a entre autres opéré une ressource intermédiaire à Montréal souhaite assurer une belle continuité à cet organisme sans but lucratif.

« Malgré la pandémie, nous continuonsà briser l’isolement des gens que nous accueillons, en plus de favoriser leur épanouissement et leur développement. Nos répits de fin de semaine sont toujours populaires, avec plus de 40 personnes qui en ont bénéficié l’an dernier. Et le camp d’été, tellement apprécié, sera de retour », affirme-t-il.

La pandémie a même entraîné une hausse de la fréquentation de La P’tite maison bleue. Les activités offertes par la résidence, dont le jardin communautaire, le verger et la petite école, continuent d’être fort achalandées, dans le respect des normes sanitaires. Un récent encan virtuel a par ailleurs permis d’amasser environ 3000 $.

« Grâce à une aide gouvernementale de Québec, on peut compter sur neuf employés, tous des gens formidables et chaleureux », souligne M. Côté.

La résidence continue de développer de nouvelles idées et des projets emballants, comme le partenariat établi avec la Ferme Clovis Gauthier de Saint-Théodore-d’Acton. Ses œufs non conformes sont vendus par l’organisme, ce qui représente une source d’autofinancement appréciable.

« Cet automne, nous nous lancerons dans la production des camerises, un fruit savoureux. On veut également se lancer dans l’ensachage de bois d’allumage. Il y aura également, au cours des prochains mois, la vente de billets de hockey et une activité avec l’Harmonie de Granby. Toutes ces activités ont pour but de développer l’autonomie de nos usagers, et ce, de manière très valorisante », conclut M. Côté.

image