7 février 2018
La municipalité et la Fabrique en désaccord
Par: Alain Bérubé

La Fabrique de Saint-Éphrem, déçue que son entente avec la municipalité d’Upton n’ait pas été renouvelée, interdit le stationnement dans la cour de l’église aux parents et à la clientèle de l’école de la Croisée.

Le refus de la Fabrique de Saint-Éphrem de prêter le stationnement de l’église, afin d’accommoder les parents et la clientèle de l’école de la Croisée, depuis le 1er janvier, suscite de nombreux remous. La municipalité d’Upton, pointée du doigt par la Fabrique, a tenu à répliquer à une lettre distribuée par un de ses bénévoles.

Dans sa missive, Claude Mageau dénonce – à titre personnel – la décision de la municipalité de pas renouveler l’entente, conclue en 2013, qui prévoyait un montant en argent et en services de déneigement pour un total de 10 000 $. Cet ex-président de la Fabrique mentionne qu’une somme supplémentaire de 500 $ a été exigée par la Fabrique, ce qui a été refusé par le conseil.
« C’est fou comment le ridicule tue! Comment le conseil municipal, qui nous représente, peut prendre en otage les parents et toutes les personnes qui ont accès à l’école? C’est facile de désigner la bête noire qui, pour notre conseil, est la Fabrique parce qu’elle demande 500 $ de plus », mentionnait-il dans sa lettre.

M. Mageau se demande si les élus priorisent la sécurité des élèves, des enfants, des professeurs et des autres personnes qui ont accès à l’école. « Certains membres du conseil n’aiment pas donner parce que la Fabrique représente l’Église et c’est cela qui dérange », dit-il.

Cynthia Bossé, directrice générale de la municipalité d’Upton, mentionne que la somme de 10 000 $ était non seulement allouée pour le déneigement, mais également afin que la Fabrique procède à l’entretien et l’amélioration des immobilisations.

« C’était une aide financière que nous consentions à la Fabrique, sans que la municipalité se soit engagée à renouveler cette entente. Les élus ont rejeté à l’unanimité la proposition de la Fabrique car, selon eux, c’était inéquitable et démesuré envers la population et les organismes sans but lucratif qui dispensent des services à la municipalité. Celle-ci ne peut pas s’engager à verser annuellement une telle somme au détriment de l’effort fiscal et des besoins en infrastructures de l’ensemble des contribuables », mentionne-t-elle.

La municipalité a donc réorganisé la circulation sur la rue Sacré-Cœur, en créant des espaces de stationnement. Les enseignes d’interdiction de stationnement, du côté de l’école et du cimetière, ont donc été retirées.

« Même si ces mesures permettent d’assurer la sécurité des enfants près de l’école, nous cherchons tout de même à trouver une solution. Une rencontre est d’ailleurs prévue cette semaine avec la direction de l’école et les dirigeants de la Fabrique. Je suis confiant qu’on peut arriver à une solution satisfaisante pour tout le monde », déclare le maire d’Upton, Guy Lapointe.
Le président de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe, Richard Flibotte, demeure également optimiste. « La municipalité a fait beaucoup d’efforts afin d’assurer la sécurité près de l’école. Nous aimerions disposer d’au moins 15 places de stationnement supplémentaires et si c’est nécessaire, nous nous impliquerons financièrement. On est prêt à collaborer afin de dénouer cette impasse », allègue-t-il.

La présidente de la Fabrique de Saint-Éphrem, Pierrette Lapalme, préfère faire preuve de prudence dans ses commentaires car une mise en demeure a été envoyée à la municipalité.

« Certains faits véhiculés par la municipalité sont erronés et nous espérons qu’ils corrigeront le tir. Je peux au moins vous confirmer qu’on souhaite également en venir à une entente prochainement, afin que tous cohabitent en harmonie », affirme-t-elle.

image