11 mai 2022
Une victoire pour Upton sans flamme
La Municipalité d’Upton s’oppose au projet du Groupe Suroît
Par: Alain Bérubé

La joie était dans l’air après l’assemblée municipale du 3 mai de la Municipalité d’Upton alors que le maire Robert Leclerc annonçait que le conseil était contre le projet de site de transbordement et d’entreposage de propane sur la route 116.

Dans sa lutte contre le projet de sitede transbordement et d’entreposagede propane piloté par le Groupe Suroît,le mouvement citoyen Upton sans flamme a obtenu une importante victoire. Le conseil municipal a annoncé, lors de la séance publique du 3 mai, qu’il est contre ce projet.

Publicité
Activer le son

La pétition déposée par Upton sans flamme quelques heures plus tôt, à l’hôtel de ville, a manifestement pesé lourd dans la balance. En tout, 1325 personnes, dont 729 Uptonais, ont signé le document.

Le maire Robert Leclerc a révélé que malgré la diminution de l’ampleur du projet, la Municipalité s’objecte à l’implantation du projet sur le site actuel du promoteur, jugeant qu’il était situé trop près du périmètre urbain.

« Nous avons la responsabilité d’assurer la sécurité des citoyens d’Upton. Le projet du Groupe Suroît, c’est non! », a-t-ll lancé, provoquant une salve d’applaudissements de la part des citoyens présents au Centre communautaire d’Upton.

M. Leclerc a ajouté qu’il est prêt à discuter de la situation avec le Groupe Suroît.

« Notre verdict fait l’unanimité au sein du conseil. On a joué pleinement notre rôle en étant à l’écoute des citoyens. Quant à la réaction du Groupe Suroît, nous sommes dans l’attente. On ne connaît pas l’avenir », confie-t-il à LA PENSÉE.

Un des projets de règlement déposé lors de l’assemblée prévoit d’ailleurs l’interdiction de tout usage et activité d’entreposage et de transbordement de matières combustibles et explosives, ainsi que de carburants liquides et gazeux, dans la zone 402, soit sur le site de Distribution Upton.

Une heureuse surprise

Maxime Beaugrand et Nicolanne Sabourin, porte-paroles d’Upton sans flamme, sont à la fois heureux et soulagés.

« C’est pour nous une belle surprise. On ne s’attendait pas à ce que le conseil municipal prenne position si rapidement. Il faut dire qu’avec un si grand nombre de signatures, le référendum n’était plus nécessaire », soutient M. Beaugrand.

« Le projet du Groupe Suroît n’obtenait vraiment pas l’acceptabilité sociale. Notre petit groupe du début a grandi et on a rapidement constaté une grande solidarité au sein de la population. Plusieurs liens d’amitié se sont d’ailleurs tissés au fil des semaines », observe Mme Sabourin.

Le mouvement Upton sans flamme demeurera toutefois vigilant, car il y a encore des démarches à officialiser de la part de l’administration municipale.

« À moins que la Municipalité change de cap à la suite de discussions avecle Groupe Suroît, ce sera impossible d’implanter le projet piloté par le Groupe Suroît. Nos efforts auront porté fruit et c’est une grande victoire. Le président-directeur général Marquis Grégoire Jr a accusé Upton sans flamme d’être politique. Mais si le fait de prioriser la démocratie, c’est faire de la politique, on n’y voit aucun problème », soutient Mme Sabourin.

Le Groupe Suroît – qui a préféré ne pas commenter la décision de la Municipalité d’Upton pour le moment – prévoyait la construction de son site sur la route 116, à l’entrée nord du village. Les débuts de ce projet remontent à il y a 12 ans.

M. Grégoire Jr a mentionné, lors d’une récente assemblée d’information, queles neuf réservoirs de propane seraient enfouis, éliminant ainsi tout risque d’explosion. Le nombre de wagons a été réduit de 241 à 32, avec en moyenne six wagons à la fois sur le site.

« Ce sera le site le plus sécuritaire au Canada », avait-il promis.

image