4 mai 2022
Concours « Mon boss c’est le meilleur »
La Fromagerie Nouvelle-France, un modèle d’engagement pour la réussite éducative
Par: Alain Bérubé

De gauche à droite : Marie-Pier Gosselin (Conciliation travail-études, CJE comté de Johnson), Geneviève Doyon et Marie-Chantal Houde, de la Fromagerie Nouvelle-France, ainsi que Lisa Champeau (projet PRÉE).

Après Ecopak l’an dernier, une autre entreprise de la région de Valcourt se distingue au concours « Mon boss c’est le meilleur ». La Fromagerie Nouvelle-France, située à Racine, a décroché les honneurs dans la MRC du Val-Saint-François grâce à son engagement important pour la réussite éducative.

Publicité
Activer le son

Le concours, mis sur pied par le Projet partenaires pour la réussite éducative en Estrie (PRÉE), a honoré sept employeurs dont Marie-Chantal Houde, copropriétaire de la fromagerie racinoise. Il a été réalisé en collaboration avec Conciliation Études-Travail Estrie dans le cadre des Journées de la persévérance scolaire en Estrie.

C’est Rosalie Bonneville, une employée âgée de 17 ans qui étudie à l’école secondaire Mitchell-Montcalm, à Sherbrooke, qui a inscrit son employeur au concours.

« Ma patronne m’appuie dans tous mes projets. Elle est ouverte, m’aide à développer mes capacités au travail et m’aide à rester motivée aux études et au travail. Elle est toujours présente pour moi et mes collègues. Je n’aurais pas pu souhaiter mieux comme premier emploi », a-t-elle déclaré.

Geneviève Doyon, la mère de Rosalie et également employée à la fromagerie – en tant qu’adjointe administrative -, appuie ces propos.

« Son emploi la motive vraiment beaucoup. Elle y met beaucoup de cœur. Et c’est grâce à Marie-Chantal, qui s’intéresse réellement au bonheur de ses employés », souligne-t-elle.

La copropriétaire de la Fromagerie Nouvelle-France vante les mérites de sa jeune employée.

« Rosalie avait 13 ans lorsqu’elle a joint notre équipe. Elle était déjà mature et très débrouillarde. On lui a donné quelques responsabilités à la boutique et tout se déroule très bien. Elle exprime bien ses opinions et contribue au succès de notre entreprise », confie Mme Houde.

Lisa Champeau, agente de développement en mobilisation des gens d’affaires au projet PRÉE, soutient que les jeunes apprécient l’écoute, l’ouverture d’esprit et la flexibilité des employeurs. Elle fait remarquer qu’en Estrie, 38 % des élèves du secondaire occupent un emploi durant leurs études.

« Mais au-delà de leurs bonnes pratiques de conciliation études-travail, les employeurs se démarquent tout particulièrement par leurs petites attentions et l’ambiance conviviale qu’ils offrent en milieu de travail. C’est la preuve que de petits gestes simples au quotidien peuvent avoir un impact important dans le parcours d’un jeune », dit-elle.

Un départ canon

Marie-Chantal Houde a profité du passage de LA PENSÉE pour souligner le succès de son entreprise depuis la construction des installations de production et d’une nouvelle boutique, avec des investissements de plus de 2,4 millions $.

« On constate vraiment une hausse importante de la clientèle à la boutique, avec plusieurs visiteurs provenant de l’extérieur de la région. Les gens apprécient la diversité de nos produits. Si ça va si bien, c’est en bonne partie grâce à l’implication de nos employés », soutient-elle.

 

Rosalie Bonneville

image