6 juin 2018
Elle accueille des gens blessés par la vie depuis 30 ans
La Ferme Berthe-Rousseau lutte pour sa survie
Par: Alain Bérubé
Bianca Mailloux et Marie-Anne Marcoux-Constantineau font partie de la nouvelle équipe de la Ferme Berthe-Rousseau, en compagnie de Mathieu Lévesque, Johnny Parente et Lynda Charbonneau.

Bianca Mailloux et Marie-Anne Marcoux-Constantineau font partie de la nouvelle équipe de la Ferme Berthe-Rousseau, en compagnie de Mathieu Lévesque, Johnny Parente et Lynda Charbonneau.

En 30 ans, la Ferme Berthe-Rousseau, située en pleine campagne à Durham-Sud, a accueilli et aidé des centaines de personnes blessées par la vie à se relever, tout en se refaisant une santé physique et psychologique. La nouvelle équipe intensifie ses efforts, pour ses activités de financement, afin d’assurer l’avenir de l’organisme.

La nouvelle coordonnatrice de la ferme communautaire, Bianca Mailloux, admet que le financement représente actuellement un grand défi.

« Comme nous ne recevons aucune subvention, on doit se fier sur les dons et sur le soutien des Jésuites, ainsi que sur la vente de nos produits alimentaires (légumes, oeuf, miel, viandes, lait, etc.) et d’articles tels des sacs réutilisables et du café équitable. Avec en plus les coûts d’entretien de nos bâtiments et certains frais à la hausse, le manque à gagner, pour cette année, est d’au moins 40 000 $ », mentionne-t-elle.

Mme Mailloux garde toutefois espoir que l’appel de l’organisme sera entendu avec force.

« L’ancien coordonnateur, Martin Couture, nous donne de précieux conseils. On veut entre autres promouvoir les visites de notre ferme, où on peut donner un coup de main tout en profitant de notre milieu de vie. Passer par exemple un week-end chez nous, c’est le moment idéal pour faire un temps d’arrêt et se ressourcer », suggère-t-elle.

La coordonnatrice de la Ferme Berthe-Rousseau indique que des activités spéciales auront lieu durant les prochains mois.

« Nous songeons à organiser des soupers gastronomiques, réalisés à partir de nos produits, et nous mettrons en branle une campagne de sociofinancement au cours de l’été », lance-t-elle.

La ferme, située sur le chemin Mooney, a déjà au programme une épluchette de blé d’inde le 26 août ainsi que, ce week-end (du 8 au 10 juin), l’activité « Mamzelle Ride and Ramble » (www.mamzelleride.com), une excursion en moto à travers la Beauce et réservée aux femmes.

« Pour le week-end en moto, on souhaite amasser au moins 2500 $. Et plein d’autres projets sont sur la table. Je suis certaine que nous arriverons à atteindre nos objectifs de financement. Notre organisme a une mission importante, soit accueillir dans une ambiance chaleureuse, sans juger, des gens qui veulent se reprendre en main », soutient Marie-Anne Marcoux-Constantineau, responsable de jour.

« Notre rôle n’est pas d’agir en tant que psychologue ou thérapeute, mais bien de recevoir des gens qui veulent régler divers problèmes personnels, que ce soit par exemple des dépendances (alcool, drogue), une santé mentale précaire ou simplement prendre un peu de recul.. L’organisme d’initiation à la coopération internationale Mer et Monde tient par ailleurs des formations à notre ferme. On souhaite donc être là pour encore bien longtemps », conclut Mme Mailloux.

Josée Rocheleau, une artiste en résidence à la ferme pour l’été, témoigne du bonheur de vivre cette expérience à Durham-Sud.

« C’est bon de savoir que les portes de la Ferme Berthe-Rousseau sont toujours ouvertes, quelle que soit notre situation. Venir ici, se reposer, se ressourcer et faire de belles rencontres avec des gens d’ici ou ailleurs, c’est vraiment agréable », confie-t-elle.

À surveiller prochainement, l’assemblée générale du 9 juin, à 10 h 30 (rapport annuel et perspectives d’avenir) et la corvée annuelle du 16 juin. Les visiteurs sont invités à apporter un plat à partager.

Information: 819 858-2452, www.monde.ca/cbr ou sur Facebook.

image