3 mars 2021
Volleyball
La détermination de Morgane Breault
Par: Annie Gagnon

Lors de sa prochaine année scolaire, Morgane Breault défendra les couleurs des Lauréats de Saint-Hyacinthe en volleyball division 2.

Chez les Breault, le sport est plus qu’une passion. C’est un mode de vie. La benjamine du clan, Morgane, n’échappe pas à la tradition en se consacrant à son sport, le volleyball. La jeune fille de 16 ans, qui a découvert cette discipline en commençant l’école secondaire, poursuit présentement ses apprentissages avec les Harfangs du Triolet de Sherbrooke.

Publicité
Activer le son

C’est de reculons que le volleyball a fait son entrée dans la vie de Morgane. Inscrite au Collège Saint-Bernard pour commencer son secondaire, la jeune Valoise aurait voulu intégrer le sport-études en gymnastique. Mais elle n’a pas été acceptée.

« J’ai commencé à faire de la gymnastique à l’âge de 5 ans et j’ai continué à pratiquer cette discipline pendant tout mon primaire. Lorsque j’ai été acceptée au Collège Saint-Bernard, au début du secondaire, j’aurais aimé poursuivre. Mais ça n’a pas fonctionné. J’ai alors décidé de m’inscrire au volleyball. Ensuite, je me suis découvert une grande passion pour ce sport », mentionne-t-elle.

Lors de ses deux premières années du secondaire, Morgane a défendu les couleurs de son école dans la catégorie benjamine division 2. Ensuite, en secondaire 3 et 4, elle a évolué dans l’équipe juvénile division 2. Finalement, afin de parfaire sa technique et perfectionner son jeu, elle a décidé de quitter le nid familial pour intégrer l’équipe des Harfangs.

« J’ai décidé de poursuivre mon développement en allant à l’école secondaire du Triolet de Sherbrooke où l’équipe, les Harfangs, évolue en juvénile division 1. J’ai fait les démarches et je me suis présentée au camp d’évaluation dans le but d’intégrer l’équipe. C’est vrai que ce n’est pas toujours facile d’être loin de la maison, mais mon but était d’augmenter mes chances d’être sélectionnée par une équipe collégiale. J’ai donc atteint mon but », affirme celle qui est reconnue pour sa grande détermination.

Pandémie

Ce n’est plus un secret pour personne, les mesures gouvernementales en lien avec la pandémie ont ébranlé le sport-étudiant. Le rythme d’entraînement de 20 heures par semaine passées en gymnase ou en salle d’entraînement est drastiquement passé à un maximum de 4 heures.

« À 20 heures par semaine, le volume de balles et d’entraînement était très élevé. La coupure a donc été très importante. C’est clair que la COVID-19 a ralenti l’atteinte de mes objectifs et de mon développement personnel. Cependant, c’est pas mal la même chose pour tous les athlètes », explique-t-elle.

Lauréats de Saint-Hyacinthe

Le 16 février, les Lauréats de Saint-Hyacinthe ont officialisé la présence de Morgane au sein de leur équipe de volleyball collégiale pour la prochaine saison.

L’entraîneur-chef de l’équipe, Michel Daviau, s’est réjouit de son arrivée avec l’équipe en mentionnant qu’elle est une athlète dynamique avec de très bonnes habiletés et une force de caractère qui fait d’elle une compétitrice redoutable.

« Je me suis engagée avec les Lauréats pour la prochaine année scolaire, mais par la suite, j’aimerais être admise en techniques policières.À Saint-Hyacinthe, j’étudierai en sciences humaines afin d’augmenter ma moyenne. Par la suite, je devrai changer de cégep pour atteindre mon objectif ultime, soit d’être admise en techniques policières tout en combinant mes études avec le volleyball collégial en division 1 », conclut-elle.

image