15 avril 2020
Crise du coronavirus
La Coopérative de santé félicite les patients et son personnel
Par: Alain Bérubé

Jean-Marie Laplante

Même si la crise sanitaire du coronavirus ajoute une bonne dose de travail et une réorganisation de ses opérations, la Coopérative de santé de la MRC d’Acton assure qu’elle a le contrôle de la situation grâce à la mobilisation de ses employés et à l’excellente attitude des patients.

Publicité
Activer le son

« Les gens qui font appel à nous comprennent très bien la situation particulière que nous vivons depuis quelques semaines. Comme nous devons continuer nos opérations selon les directives reçues par le CISSS de la Montérégie-Est, c’est rassurant de bénéficier de ce support important », souligne le président Jean-Marie Laplante.

Ce dernier mentionne que les six médecins de la coopérative sont en poste.

« On peut ainsi élargir notre horaire, soit les lundis et mercredis de 8 h à 20 h 30 ainsi que les mardis, jeudis et vendredis de 8 h à 17 h. Nous continuons nos démarches auprès du gouvernement du Québec afin d’avoir des médecins de plus dès que possible », affirme M. Laplante.

Pour les urgences de jour, il est possible d’appeler dès 8 h. Une grille d’évaluation permettra de déterminer le degré d’urgence et de donner au besoin un rendez-vous téléphonique avec le médecin de garde.

« Nous demandons aux patients ayant des symptômes grippaux de ne pas se présenter à nos locaux. Ils seront, si nécessaire, référés à la Clinique d’évaluation de Saint-Hyacinthe. On souligne également aux patients qui ont un rendez-vous à la coopérative de se présenter seuls, sauf pour quelques exceptions. On peut par ailleurs nous joindre par téléphone ou par notre site Web », indique M. Laplante.

Le président de la Coopérative de santé rappelle que toutes ces mesures ont pour but de protéger à la fois la santé des médecins, du personnel et des patients.

« Selon les données de la santé publique de la Montérégie, nous avons cinq cas confirmés pour la COVID-19 dans la MRC d’Acton. C’est beaucoup moins qu’ailleurs en région et au Québec, mais il faut continuer à être vigilant et à travailler tous ensemble », conclut Jean-Marie Laplante.

image