7 octobre 2020
Cyclisme sur piste
Joël Archambault tire sa révérence
Par: Annie Gagnon

La discipline acquise comme athlète de haut niveau est un excellent atout pour les projets futurs de Joël Archambault. (Photo gracieuseté Michel Guillemette)

Originaire de Sainte-Christine, Joël Archambault pratique le cyclismesur piste depuis 8 ans. L’athlète, maintenant âgé de 28 ans, a défendu les couleurs du pays au cours des cinq dernières années en faisant sa marque sur la scène canadienne. Il se tourne maintenant vers sa nouvelle carrière d’orthothérapeute, avec toute la passion qui le caractérise et la détermination d’aller toujours plus loin.

Publicité
Activer le son

Depuis 2013, Joël Archambault a consacré d’innombrables heures à la pratique de sa discipline. Atteindre les plus hauts niveaux ne se fait pas facilement et chaque petite victoire cache de grands sacrifices. D’abord nominé au sein de l’équipe du Québec lors des championnats canadiens de 2013, il s’est tailléune place avec Équipe Canada à la suite de ses excellentes performances au camp d’identification de Cyclisme Canada.

Joël a connu du succès lors des championnats nationaux, d’abord en sprint par équipes et, par la suite, en sprint individuel et en keirin. Ses performances sur la scène nationale lui ont valu de représenter le Canada lors de compétitions mondiales, où il a su tirer son épingle du jeu auprès des meilleurs cyclistes de piste.

« Mon meilleur souvenir des dernières années s’est déroulé aux Championnats panaméricains de 2019, en Bolivie. Je devais absolument bien me classer afin d’assurer ma présence lors de la saison de la Coupe du monde. Je suis arrivé en pleine possession de mes moyens et j’avais l’impression d’être invincible tout au long de la compétition. J’ai fini 4e au keirin, soit tout juste au pied du podium, un résultat plus que suffisant pour me qualifier. Mais ce que je retiens le plus, c’est le feeling que rien ne peut t’arrêter. C’était vraiment incroyable à vivre », se rappelle-t-il.

Tourné vers l’avenir

En 2018, Joël a pris la décision de poursuivre sa carrière pour deux ans, afin de tenter sa chance aux qualifications des Jeux olympiques de Tokyo prévus en 2020.

La pandémie a toutefois chamboulé les plans de Joël qui, en mai, a pris une grande décision, soit d’accrocher son vélo et de se concentrer sur de nouveaux objectifs personnels.

« Le processus de qualification pour les Jeux olympiques se fait sur deux ans en cyclisme sur piste. Donc en 2018, j’ai pris la décision de continuer ma carrière pour les deux prochaines années en espérant pouvoir me qualifier aux Jeux olympiques, mon dernier objectif en tant qu’athlète. En août 2019, j’ai annoncé officiellement que je n’allais pas poursuivre après les Olympiques. Je commençais à avoir moins le désir de faire tout ce qu’exige la vie d’un athlète de haut niveau. De plus, le fait de devoir vivre en Ontario la majorité de l’année commençait à peser lourd », confie le cycliste.

Déjà dans un processus de changement, le jeune homme avait entrepris un retour aux études afin de terminer son diplôme collégial en Sciences de la nature, qui lui permettra de convoiter un doctorat en chiropratique.

« Avant d’entreprendre ma carrière de cycliste, j’avais étudié en orthothérapie et depuis juillet, j’ai recommencéà pratiquer. Mon nouveau défi est de compléter des études en chiropratique. Je termine présentement ma deuxième année de cégep avant de pouvoir officiellement m’inscrire pour le doctorat. C’est un programme très contingenté et je dois maintenir des bonnes notes. Mes années en tant qu’athlète ont été des plus formatrices et elles auront un impact certain sur mes projets futurs. C’est avec beaucoup d’enthousiasme que je me lance dans cette nouvelle étape de ma vie », conclut Joël Archambault.

image