29 janvier 2020
Hockey universitaire
Jakob Breault choisit l’Alaska
Par: Annie Gagnon

Jakob Breault a été nommé récemment « Étoile de la semaine » de la division centrale de la Ligue nord-américaine de hockey. Le hockeyeur valois a joué un grand rôle dans les trois victoires de son équipe en totalisant huit points, dont trois buts et cinq passes.

Après avoir connu son lot d’embûches et de sacrifices, Jakob Breault voit maintenant son rêve se concrétiser alors que l’Université Fairbanks, en Alaska, lui ouvre ses portes. À compter de septembre, le jeune hockeyeur valois de 20 ans passera les quatre prochaines années dans l’uniforme des Nanooks avec, en prime, une bourse d’études complète.

Publicité
Activer le son

Jakob Breault a fait beaucoup de chemin depuis son séjour avec les Cantonniers de Magog midget AAA. Repêché par les Cataractes de Shawinigan de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) en 2015, le joueur de centre a refusé d’endosser les couleurs de cette équipe afin de conserver ses chances d’évoluer pour une université américaine.

Il a alors tenté sa chance dans la USHL (United States Hockey League) et la BCHL (British Columbia Hockey League), où il a connu des camps d’entraînement difficiles qui ne lui ont pas permis de démontrer tout son savoir-faire.

« Il y a des moments où ça aurait été beaucoup plus facile pour Jakob de tenter sa chance dans la LHJMQ, mais il a persévéré. Il s’est relevé à chacun de ses échecs et n’a jamais abandonné son objectif de jouer pour une université américaine. Ce qui lui arrive maintenant, c’est tout à son honneur », ont relaté Sylvie Rochefort et Francis Breault, parents de Jakob.

SJHL et NAHL

C’est au sein de la Saskatchewan Junior Hockey League que Jakob a pu prouver ce qu’il valait, en connaissant une excellente saison. Il a conclu son année au deuxième rang des marqueurs de son équipe, les Hounds de Notre-Dame, avec 24 buts et 33 mentions d’aide et une offre pour évoluer avec les Aberdeen Wings de la NAHL (North American Hockey League).

« Avec les Hounds, j’ai eu un début de saison ordinaire. Mais après les Fêtes, l’entraîneur à commencer à me faire confiance en me faisant jouer avec deux autres très bons joueurs. J’ai connu une excellente fin de saison. C’est ce qui m’a permis d’être vu et repêché par les Wings dans une très bonne ligue et une très belle organisation », mentionne Jakob.

Cette saison, avec les Wings, Jakob s’est démarqué dès le camp d’entraînement. Son entraîneur Scott Langer a flairé tout le potentiel du joueur de centre.

Par la suite, Breault a laissé parler son talent pour connaître toute une saison. Présentement, sa fiche de 16 buts et 29 mentions d’aide le place en tête du classement des marqueurs de son équipe et parmi les meilleurs de la Ligue nord-américaine de hockey.

« Jakob possède une grande intelligence du hockey qui lui permet de jouer un rôle de premier plan en plus de donner de grosses minutes sur la patinoire. Il est un leader exceptionnel pour notre équipe. Il a une lecture du jeu incroyable, en plus de travailler avec constance et passion tous les matchs. Il est un élément-clé de notre succès et sera, sans aucun doute, un excellent atout pour les Nanooks de Fairbanks », a indiqué Scott Anger.

Université Fairbanks

C’est avec grand honneur que les Wings ont annoncé la décision de Jakob de porter l’uniforme des Nanooks en division 1. Le joueur de centre de 5’11’’, 181 livres n’aurait pu espérer mieux puisque l’Université Fairbanks lui offre la gratuité scolaire pour les quatre prochaines années, ce qui équivaut à environ 160 000 $ américains.

En septembre prochain, Jakob déposera donc ses valises en Alaska où, en plus d’être le porte-couleurs de son université, il étudiera fort probablement en comptabilité. Une fois de plus, Jakob sera loin de la maison puisque plus de 6600 kilomètres séparent l’université du domicile familial.

« Le plus difficile est d’être loin de ma famille et de mes amis. Je m’ennuie d’eux. C’est clairement ce qu’il y a de plus dur. C’est le sacrifice à faire pour réussir dans cette voie, mais émotionnellement, c’est très exigeant. Quand j’ai quitté la maison à 15 ans, pour aller avec les Cantonniers, je voyais ma famille à toutes les semaines. Par contre, mon premier séjour en Saskatchewan, qui a duré environ six ou sept mois, m’a fait réaliser que ma famille me manquait beaucoup. Ça m’a aussi fait réaliser qu’il faut profiter au maximum du temps que nous passons en famille et qu’il faut être reconnaissant pour ce que nous avons. J’ai eu la chance de compter sur des parents extraordinaires et deux sœurs qui, elles aussi, ont dû faire des sacrifices pour me permettre de réaliser mon rêve. Je suis extrêmement reconnaissant pour ce que ma famille a fait pour moi et particulièrement mon père Francis et mon oncle Jocelyn qui m’ont permis de m’améliorer et de persévérer, du côté hockey », conclut l’athlète de 20 ans.

image