9 juin 2021
Club de gymnastique
Geneviève Rouleau au cœur du Phœnix
Par: Annie Gagnon

Geneviève Rouleau est fière d’occuper le poste de coordonnatrice du nouveau clubde gymnastique d’Acton Vale, le Phœnix.

En juin 2020, la Ville d’Acton Vale a pris la décision de lancer son propre club de gymnastique pour occuper son tout nouveau complexe multisports Desjardins. En empruntant cette nouvelle avenue, les élus municipaux ont décidé de créer un poste de coordonnatrice pour chapeauter ce projet de grande envergure et c’est Geneviève Rouleau, ancienne présidente des Élans d’Acton Vale, qui a été choisie pour relever ce défi.

Publicité
Activer le son

Rêvé et espéré depuis longtemps, le complexe multisports était attendu par les gymnastes avec impatience et fébrilité. Situation pandémique oblige, le lancement du nouveau club s’est fait attendre, mais un travail colossal a tout de même été fait pour être prêt à accueillir les athlètes du club qui portera dorénavant le nom de Phœnix d’Acton Vale.

Engagée en octobre 2020, Geneviève Rouleau a une excellente connaissance des rouages d’un club de gymnastique. Membre du conseil d’administration des Élans pendant six ans, dont deux à titre de présidente, la nouvelle coordonnatrice est connue et reconnue pour ne pas compter les heures qu’elle effectue pour assurer la bonne marche d’une organisation.

« Ce sont les heures passées avec le club, comme bénévole, qui rendent possible ma tâche de coordonnatrice. Je suis arrivée tardivement dans le monde de la gymnastique, mais dès ma première rencontre avec les membres du CA, j’ai eu la piqûre. J’ai eu la chance d’apprendre le fonctionnement du club grâce à des femmes comme Geneviève Turgeon, Amélie Bisailllon et Nadia Bisaillon, mais j’ai aussi occupé différents postes qui m’ont permis d’approfondir mes connaissances. C’est donc avec une certaine assurance que j’ai pris les rênes du nouveau club. Une certaine assurance, mais aussi une grande reconnaissance envers tout ceux qui ont fait partie de mon parcours », mentionne Geneviève Rouleau.

Une année bien particulière

La dernière année aura permis de bien asseoir les bases du Phœnix d’Acton Vale. Bien sûr, un gymnase sans athlètes, c’est triste, mais les derniers mois ont permis de peaufiner les petits détails qui feront la différence lorsque tout reprendra vie.
« On a suivi les restrictions de près pour savoir quand nous pourrions enfin ouvrir les portes du nouveau club. On a aussi aménagé l’espace. Repartir à neuf, c’est excitant, mais c’est aussi tout un casse-tête. Il faut penser aux menus détails comme aux plus importants! Maintenant que la vaccination avance, on peut enfin s’attaquer aux choses sérieuses », explique la coordonnatrice.

Des idées plein la tête

Intense, mais aussi très investie, Geneviève Rouleau bouillonne de nouvelles idées pour mousser le club ainsi qu’occuper l’espace qui est alloué au Phœnix. La coordonnatrice a d’excellentes idées à court terme et à long terme.

« J’aimerais bien instaurer un service de garde pour les élèves du primaire ainsi que des journées pédagogiques. Recevoir des groupes scolaires fait aussi partie des réalisations que j’aimerais faire. Il y a aussi bien sûr la concentration gymnastique pour nos élèves compétitifs du secondaire qui est dans l’air depuis plusieurs années. Notre emplacement et nos équipements seraient parfaits. À long terme, je me suis fixé un nombre d’inscriptions que j’aimerais que nous atteignons d’ici cinq ans. C’est à suivre », dit-elle.

Le Phœnix

Les derniers mois ont aussi permis au club de se doter d’un nom et d’un logo fort représentatif, autant féminin que masculin et qui convient bien au sport de trampoline et à la gymnastique artistique.

Geneviève n’a que de bons mots pour ses entraîneurs en chef qui possèdent toutes les connaissances requises pour chapeauter le club, soit Kelly-Ann Timmons en récréatif, Daphnée Timmons en artistique et Marie-Ève Fournier en sport de trampoline (tumbling).

« Sans elles, je ne suis rien. Le club repose principalement sur leurs épaules. Je suis là pour les soutenir d’un point de vue administratif et pour leur permettre de se concentrer sur ce qu’elles font le mieux, soit transmettre la passion de la gymnastique avec brio. La gymnastique à Acton Vale, c’est une histoire de cœur. Chaque gymnaste a des souvenirs qui lui sont chers. Pour ma part, il me suffit d’entendre une chanson de gala pour que mes yeux s’embuent au souvenir de ces athlètes que j’ai vu évoluer et devenir la meilleure version d’eux-mêmes, par le biais de simples roues réalisées sur un tapis bleu », conclut Mme Rouleau.

image