2 août 2018
Candidat libéral dans Johnson
François Vaes, un candidat engagé et persévérant
Par: Alain Bérubé

François Vaes

Entrepreneur de carrière, François Vaes a confiance en la force de l’équipe libérale provinciale. C’est avec enthousiasme qu’il défendra les couleurs de ce parti, dans Johnson, lors du scrutin provincial du 1er octobre.

Âgé de 36 ans, ce résidant de Bromont affirme avoir la fibre entrepreneuriale depuis sa jeunesse. Il a notamment occupé des postes de direction pour le Groupe Robert, Transdev et Bell Média.

« J’ai acquis en 2016 le Domaine Vitis, qui porte maintenant le nom de Vignoble Bromont. C’est ma manière de faire un retour, en tant qu’agriculteur, à mes racines », affirme-t-il.

Également impliqué dans les milieux sportif et communautaire – entre autres pour le Vert et Or de Sherbrooke » -, M. Vaes a songé à faire le saut en politique lors des élections provinciales de 2014.

« La politique m’intéressait déjà depuis longtemps et j’étais déjà alors engagé au sein du Parti libéral. Mais ce n’était pas le bon moment pour moi. En 2018, je suis fin prêt à tenter ma chance et je suis très motivé », soutient-il.

M. Vaes ne s’en fait pas trop avec les récents sondages qui accordent une avance à la Coalition Avenir Québec.

« Le Parti libéral a un excellent bilan. Le gouvernement a su rétablir l’équilibre des finances publiques et de nombreux emplois ont été créés au cours des dernières années. De plus, on a connu une baisse des impôts et de nombreux Québécois ont trouvé un médecin de famille. J’ai confiance en Philippe Couillard, un leader qui a fait ses preuves et constamment à l’écoute, en plus d’être très sensible aux préoccupations des régions », mentionne-t-il.

Le candidat libéral croit grandement au potentiel de la circonscription de Johnson, ainsi qu’à ses chances de l’emporter.

« Je n’ai rien contre le député actuel, André Lamontagne, et je suis bien au courant que Johnson a été représenté longtemps par des députés péquistes. Mais j’ai la ferme volonté de développer la région, dans un esprit rassembleur. Il faut s’assurer d’avoir une relève forte en agriculture, d’améliorer le transport en région et de favoriser l’entrepreneuriat. L’équipe du Parti libéral est très solide et c’est avec fierté que je défendrai les intérêts de Johnson si les électeurs me font confiance », conclut M. Vaes.

image