5 septembre 2019
Championnats canadiens de baseball senior
Fernando Fernandez et Équipe-Québec visés par des propos racistes
Par: Annie Gagnon

Fernando Fernandez déplore que le racisme soit toujours présent en 2019. (photo Nathalie Miclette - LBMQ)

La semaine dernière, l’équipe étoile de la Ligue de baseball majeur du Québec a pris part aux Championnats canadiens, tenus à Miramichi au Nouveau-Brunswick. Le seul représentant des Castors d’Acton Vale, Fernando Fernandez, a fait la manchette de plusieurs journaux nationaux à la suite de propos racistes dont il a été la cible lors du tournoi. Même si cette situation n’a pas altéré la performance de l’athlète, elle n’en demeure pas moins désolante.

Principale victime des commentaires disgracieux lancés par trois trentenaires éméchés, Fernando Fernandez n’a pas été affecté par les propos puisqu’il était concentré sur la partie. Il a l’habitude de faire abstraction des commentaires provenant des gradins.

« C’est malheureux, mais des gens ivres qui insultent des joueurs, on peut en retrouver partout. Ce n’est pas la première fois qu’on m’insulte à cause de la couleur de ma peau. Mais le fait que ces incidents surviennent dans le cadre de championnats canadiens, je trouve ça déplorable. Je crois que cette situation a pris une ampleur démesurée, mais en même temps, des propos semblables en 2019, ça n’a pas sa place », affirme le lanceur.

Jean Simard, vice-président et préfet de discipline dans la LBMQ, a dressé le portrait des événements en mentionnant que, si des gestes concrets avaient été posés, tout ce brouhaha médiatique aurait pu être évité.

« On a vécu quelque chose de très désagréable. Daniel (Bélisle) a tenté de raisonner les trois hommes, mais sans succès. Par la suite, il s’est référé aux autorités en place pour tenter de faire cesser les propos disgracieux, mais l’organisation a envoyé un homme de 70 ans qui a réussi à les faire taire quelques minutes. J’ai lu que l’organisation nie les faits, mais plusieurs personnes ont émis des commentaires sur Internet, en soutenant qu’ils avaient aussi été indisposés par les trois hommes », relate M. Simard.

Jean Simard vit bien avec la critique. En fait, pour occuper le poste de préfet de discipline d’une ligue sénior, il faut être capable d’en prendre. Par contre, lorsqu’on s’en prend à l’intégrité des gens allant même jusqu’à les bousculer, une limite à ne pas franchir est dépassée.

« Dans le cadre de mon poste de préfet, je suis habitué aux insultes. Sans dire que c’est normal, ça fait souvent partie de la game quand les esprits s’échauffent. La différence est que nous, dans la Ligue de baseball majeur du Québec, on pose des gestes pour éradiquer, ou du moins diminuer, les attaques gratuites envers les joueurs. En aucun cas des paroles et des gestes comme ceux posés à Miramichi ne seraient acceptés dans notre ligue. Nous avons bien fait les choses en conservant notre calme et en passant par les bonnes voies, mais on n’a pas été entendus. C’est malheureux. Depuis notre retour, nous avons monté un dossier qui sera acheminé à Baseball Canada. Pas seulement pour nous plaindre de la situation, mais bien pour trouver des moyens pour ne plus que ça se reproduise », conclut M. Simard.

Résultats

Les incidents survenus aux Championnats canadiens ont certainement fait ombrage au tournoi et aux dix formations qui étaient sur place pour remporter le titre canadien.

Avec une fiche de deux victoires et deux défaites en ronde préliminaire, les Québécois sont passés à la série quart de finale, qu’ils ont remportée par le compte de 3 à 1 face à la Nouvelle-Écosse 2.

En demi-finale, contre l’équipe de la Nouvelle-Écosse 1, les représentants de la LBMQ ont essuyé un revers de 3 à 1, leur permettant tout de même de prendre part à la finale pour la médaille de bronze.

Lors de ce match ultime, les représentants québécois ont subi un revers de 7 à 0 contre la Colombie-Britannique, concluant le tournoi en quatrième position.

L’équipe hôte de Chatham a remporté le championnat en défaisant la Nouvelle-Écosse 1 en grande finale, mettant ainsi la main sur la médaille d’or.

image