25 mars 2020
Chronique littéraire de Frédéricke Dorais
« Entre réalités », un univers mystérieux
Par: La Pensée de Bagot

Jordane est une jeune adolescente qui préfère courir après un ballon plutôt que les garçons. Elle vit avec sa mère, une « workaholic » travaillant pour les services sociaux, et son oncle, un grand passionné de films.

Plusieurs fois par semaine, Jordane se rend au club vidéo de son village pour y choisir un ou deux classiques du cinéma. C’est lors d’une de ses visites que la jeune fille fera la connaissance d’Alex, un jeune homme qui deviendra très mystérieux et même omniprésent dans la vie de notre protagoniste.

C’est avec assez de confiance que j’ai commencé ma lecture de ce premier tome. L’histoire, aussi réelle pouvait-elle sembler, tournait pourtant autour d’un univers assez improbable. Ce point a par contre été un point positif de mon côté, du moins pour ce livre-ci, car il était bien équilibré.

Parfois, le surnaturel d’une histoire peut nous enlever tout sentiment d’appropriation. Mais dans ce roman, les quelques lignes décrivant la vie dite normale de l’adolescente nous transporte au milieu d’un univers mystérieux, tout en nous rappelant la vie de tous les jours. Ce point fort fait en sorte que l’on s’imprègne des événements très facilement.

L’autrice nous fait vivre les émotions changeantes de Jordane à son apogée et nous inquiète du sort des personnages assez aisément.

Un dernier point que je tiens à apporter dans cette chronique est que j’ai bien aimé qu’aucune ville ne soit mentionnée ou du moins mise de l’avant. Les lecteurs auront donc de la facilité à imaginer l’histoire dans leur propre environnement, sous leur propre vision.

Les Éditions Hurtubise ont selon moi beaucoup de livres jeunesse à découvrir. Et il est impératif que la saga Entre réalités en fait partie. Je suis loin d’avoir été déçue, alors que je suivais Jordane à travers les péripéties écrites par Johanne Dion. La suite n’est pas loin de ma table de chevet et je ne demande qu’à m’embarquer le plus rapidement dans ce deuxième ouvrage.

Une réalité que vous seul pouvez voir amène souvent son lot d’événements improbables et je crois que la meilleure citation qui me vient à l’esprit lorsque je pense à ce roman est certainement « Le cœur a ses raisons que la raison ignore »…

image