19 octobre 2022
Elsa Lachance : une cavalière en or
Par: Annie Gagnon

Elsa Lachance et son fidèle Chaï ont dominé la catégorie des Étrivières courtes en Estrie et obtenu une médaille d’argent aux 26es Jeux équestres. Photo gracieuseté

Elsa Lachance et son fidèle Chaï ont dominé la catégorie des Étrivières courtes en Estrie et obtenu une médaille d’argent aux 26es Jeux équestres. Photo gracieuseté

Au cours du dernier été, Elsa Lachance a complété sa quatrième saison en équitation classique. La Roxtonnaise a connu un très bel été en obtenant la 1re position chez les Étrivières courtes de l’Estrie ainsi qu’une médaille d’argent lors des Jeux équestres tenus à Bromont.

Publicité
Activer le son

C’est à l’aube de ses 7 ans qu’Elsa Lachance est montée en selle pour la première fois, en joignant ainsi le « Poney Club » du Ranch Massawippi. Un an plus tard, la jeune cavalière commençait les cours réguliers avant de faire le saut en compétition, il y a deux ans.

« Lors de sa première année de compétition, Elsa a terminé 4e en Estrie, ce qui lui avait permis de prendre part aux Jeux équestres de Bromont. Cependant, lors de ces Jeux, elle avait mérité une seule 3e position chez les Étrivières courtes », explique Sandy Roy, mère d’Elsa.

Étrivières courtes

C’est au cours du dernier été que le plein potentiel de la cavalière de 10 ans s’est révélé. Prenant part à cinq compétitions au sein de l’Association équestre régionale de l’Estrie (AÉRÉ), Elsa a amassé un total de 912 points pour conclure sa saison au 1er rang, quelque 297 points devant sa plus proche rivale.

« La catégorie Étrivières courtes est possible jusqu’à l’âge de 12 ans. Il y a quatre parcours à effectuer lors de chacune des compétitions. Le premier parcours ne compte pas. Les deuxième et troisième parcours consistent à sauter des obstacles d’un maximum de 18 pouces avec des règles bien établies, par exemple, le nombre de foulées que doit faire le cheval entre chacun des obstacles. Finalement, le quatrième parcours est plat, soit un parcours où la posture de la cavalière est prise en compte », explique Mme Roy.

Caballista

Les performances d’Elsa, et de sa ponette Chaï lors de la dernière saison, lui ont permis de se tailler une place pour les Jeux équestres de Bromont, aussi appelés Caballista. Lors de cette ultime compétition, la jeune cavalière a très bien fait, récoltant une médaille d’argent, au cumulatif.

« J’ai été vraiment surprise parce que nous étions 22 cavalières dans ma catégorie et j’étais une des plus jeunes. Le samedi, ça s’était vraiment bien passé pour moi, mais le dimanche, ça a été un peu plus difficile. Mon entraîneuse et moi, on pensait que je pouvais peut-être gagner la médaille de bronze, donc quand ils ont nommé une autre, j’étais un peu déçue. Après, quand ils ont nommé mon nom comme gagnante de la médaille d’argent, mon émotion a vraiment changé. J’étais vraiment contente et je souriais », raconte Elsa.

Prochaine saison

La saison 2022 s’achève à peine qu’Elsa est déjà tournée vers ses objectifs 2023. La cavalière, qui aurait pu demeurer dans la catégorie des Étrivières courtes jusqu’à ses 12 ans, a fait le choix de se joindre à une catégorie supérieure. Avec son fidèle Chaï, elle devra sauter des obstacles de 30 pouces et affronter des cavalières pouvant avoir jusqu’à 14 ans.

« J’ai connu une excellente année et je crois que je suis prête à aller dans une autre catégorie. Je vais m’entraîner encore plus fort et même si je ne gagne pas, ce n’est pas important. Si je réussis à avoir un ruban pendant tout mon été, je vais être fière de moi », mentionne-t-elle.

En attendant cette prochaine année de compétition, Elsa vit sa passion en allant au Ranch Massawippi toutes les fins de semaine pour donner un coup de main à ceux qui y travaillent.

D’ici janvier, elle s’entraînera une fois par semaine en montant différents chevaux pour parfaire ses habiletés de cavalière. Par la suite, elle reprendra plus sérieusement les entraînements avec Chaï, à raison de deux entraînements par semaine, afin de se préparer à l’été 2023.

« Elsa a de grandes ambitions. Elle se voit très bien performer au niveau provincial et national, mais pour l’instant, elle fera sa place au niveau régional. Nous sommes très fiers de la voir aussi passionnée et nous l’encourageons à vivre cette passion. Déjà, en étant au ranch tous les week-ends, elle s’investit dans sa discipline et elle est très appréciée des gens qui la côtoient. Nous sommes heureux de la voir se développer positivement dans un milieu qu’elle adore », conclut Sandy Roy.

image