27 février 2019
Pénurie de main-d'oeuvre
Des entreprises de la région de Valcourt recrutent aux Philippines
Par: Alain Bérubé

Philippe Morin, président et directeur général de Set 47, un atelier d’usinage de Valcourt, pose ici avec Joseph Cuartero et Glen Generoso, deux employés originaires des Philippines. Sur la photo en page une, on voit un employé d’Outillage Lemay.

Afin de contrer la pénurie de main-d’œuvre qui perdure, des entreprises de la région de Valcourt se tournent vers le recrutement d’employés provenant des Philippines.

En 2016, l’entreprise valcourtoise Verbom a décidé d’embaucher des Philippins pour son usine de transformation de métal en feuille située à Sherbrooke. Deux ateliers d’usinage, soit Set 47 à Valcourt et Lemay Outillage à Bonsecours, ont depuis ce temps emboîté le pas.

Quelques entreprises de Valcourt ont d’ailleurs, afin de pallier le manque de personnel, accueilli des étudiants du Cégep de Sherbrooke l’automne dernier.

« Ce fut une activité fort intéressante et au moins un étudiant se joindra à notre personnel, mais la pénurie de main-d’œuvre est toujours préoccupante. On a donc, tout comme Lemay Outillage, embauché trois employés à la suite d’une visite aux Philippines en juin 2017. Les curriculum vitae provenant du Québec sont malheureusement très rares », soutient Philippe Morin, président et directeur général de Set 47.

Hugues Maltais, copropriétaire de Lemay Outillage, affirme que cette initiative en vaut largement la peine.

« Nous faisons affaire avec Solution Recrutement International, une compagnie située à Magog. Même si les démarches sont longues et que la facture est élevée, soit au moins 15 000 $ par candidat retenu, c’est pour nous une expérience positive jusqu’à maintenant. Nos employés philippins s’intègrent bien à notre entreprise et à leur nouvelle région. Ils demeurent d’ailleurs, tout comme ceux de Set 47, dans une résidence appartenant à nos deux entreprises », mentionne-t-il.

Les deux ateliers d’usinage se préparent d’ailleurs à embaucher d’autres Philippins, soit trois à Set 47 et six à Outillage Lemay, qui compte également ajouter trois Mexicains à son personnel.

« Tout comme chez Outillage Lemay, nous leur offrons des salaires compétitifs, allant jusqu’à au moins 20 $ par heure. C’est environ 15 fois plus élevé que dans les usines des Philippines. Nos employés retournent ainsi des montants fort intéressants pour leurs familles qui sont là-bas. Et on espère qu’après leurs permis de travail de trois ans, ils choisiront de demander leur citoyenneté canadienne et ainsi demeurer avec nous », souligne M. Morin.

Hugues Maltais soutient que de plus en plus d’entreprises québécoises se tourneront vers une telle solution.

« En espérant que nos élus aient comme volonté de réduire les délais pour de tels dossiers, l’embauche de travailleurs provenant de l’extérieur du pays nous permet d’honorer nos contrats et de poursuivre notre développement dans la bonne direction », conclut-il.

image