25 janvier 2023
CSSSH
Des directeurs d’établissement jouent à la chaise musicale
Par: Sarah Villemaire

La Polyvalente Robert-Ouimet est sur le territoire valois depuis 54 ans. Photo Sarah Villemaire | La Pensée ©

La Polyvalente Robert-Ouimet est sur le territoire valois depuis 54 ans. Photo Sarah Villemaire | La Pensée ©

La fin de l’année 2022 aura été sous le signe du changement dans certains établissements scolaires de la région où quatre dirigeants d’école ont changé de poste. Parmi les nominations, notons celle de Valérie Trottier-Letarte qui occupe désormais le poste de directrice de la Polyvalente Robert-Ouimet.

Publicité
Activer le son

Le départ à la retraite d’un gestionnaire du Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe aura eu un effet domino sur les équipes de direction des établissements concernés. De ces quatre nominations, le Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSSH) a annoncé la nomination de Pascal Leblanc, ex-directeur de la Polyvalente Robert-Ouimet à Acton Vale, au poste de directeur du Centre de formation des Maskoutains et des Services éducatifs aux adultes.

Il est remplacé par Mme Trottier-Letarte qui était anciennement la directrice de l’école Saint-Jean-Baptiste à Roxton Falls. Stéfan Bourassa a pris sa place alors qu’il occupait, jusqu’à tout récemment, le poste de directeur de l’école des Moissons à Saint-Théodore-d’Acton ainsi que de l’école Notre-Dame à Sainte-Christine. L’ancien directeur adjoint du Centre de formation des Maskoutains, Mathieu-Chan Labonté, assure désormais la direction des écoles situées à Saint-Théodore-d’Acton et à Sainte-Christine.

En terrain connu
Après avoir dirigé pendant près de quatre ans l’école Saint-Jean-Baptiste, Valérie Trottier-Letarte fait un retour à la Polyvalente Robert-Ouimet. Quelques années plus tôt, elle avait occupé le poste de directrice adjointe à cet établissement pendant deux ans. La décision de reprendre les rênes de la Polyvalente s’est prise naturellement pour la gestionnaire qui garde de bons souvenirs lors de son passage.

« Lors de mon précédent mandat dans cet établissement, j’avais grandement apprécié la mobilisation du personnel face à la réussite des élèves et au développement du plein potentiel de chacun. La variété des cheminements académiques leur permettant de s’épanouir pleinement dans leur parcours rejoint grandement mes valeurs pédagogiques. C’est pour cette raison que j’ai décidé de revenir ici », a mentionné Mme Trottier-Letarte en entrevue à LA PENSÉE.

Les défis seront nombreux pour la nouvelle directrice qui a commencé ce nouveau mandat le 19 décembre dernier. À commencer par la volonté de réussite et d’épanouissement des élèves, et ce, malgré la pénurie de main-d’œuvre qui sévit un peu partout dans les établissements scolaires de la région.

« Je souhaite amener un climat de travail rassembleur où les membres du personnel ont le même objectif qui est d’offrir les mêmes possibilités d’apprentissage. Même si les élèves sont suivis par un enseignant qui n’a pas son brevet d’enseignement, ils doivent avoir la même chance de réussite. D’où l’importance de soutenir et accompagner les employés dans leurs tâches au quotidien », soutient la nouvelle directrice générale.
Au cours des prochains mois, le code de vie sera d’ailleurs réformé afin d’offrir un système d’encadrement des élèves basé sur le renforcement des aptitudes et des comportements positifs.

« L’équipe de gestion de l’école Saint-Jean-Baptiste a implanté ce nouveau code de vie et on a remarqué une amélioration des comportements des élèves. Ce n’est pas magique, mais le fait de renforcer les bons comportements, plutôt que de maintenir au code punitif améliore le climat social dans l’école », conclut Mme Trottier-Letarte.

image