16 mars 2022
Station mobile de transbordement de propane
Des citoyens peu rassurés par le projet de Trackvale
Par: Alain Bérubé

Environ 75 citoyens ont exprimé de vives inquiétudes lors de la séance d’information tenue par Trackvale lundi soir, au Centre communautaire d’Acton Vale. L’entreprise veut mettre en place, à même ses installations sur la rue Roger, une station de transbordement de propane.

Afin de rassurer la population sur son projet de station mobile de transbordement de propane sur la rue Roger à Acton Vale, l’entreprise Trackvale tenait lundi soir une séance d’information. Mais les quelque 75 citoyens sur place ont dans l’ensemble exprimé de sérieuses réserves et un fort sentiment d’inquiétude.

Publicité
Activer le son

Sur un ton en général courtois mais avec une bonne dose d’émotion, plusieurs citoyens ont assailli de questions le directeur des opérations, Yannick Charlebois. Quelques spécialistes du domaine des chemins de fer ainsi qu’un représentant de Propane Supérieur étaient également sur place.

M. Charlebois a souligné que le but de ce projet est de recueillir localement le propane circulant déjà sur la voie ferrée et de sécuriser ainsi l’approvisionnement de cette ressource stratégique pour plusieurs entreprises industrielles et agricoles de la région, le tout dans le respect de l’environnement.

« En plus de sécuriser les emplois déjà existants et d’en créer des nouveaux, un approvisionnement plus stable rendrait la région plus attrayante pour de nouvelles entreprises, facilitant ainsi le développement économique de la région », a-t-il déclaré dans son bilan dévoilé hier.

Yannick Charlebois souligne que plusieurs endroits à Acton Vale, dont Carrière d’Acton Vale et les stations-service, bénéficient – tout comme l’éventuel projet de Trackvale – d’une zone de planification d’urgence.

Une entente a par ailleurs été conclue avec la Ville d’Acton Vale le 10 février.

« Nous avons accepté de mettre en place les recommandations émises par un expert externe mandaté par la Ville », allègue-t-il.

Des questions sans réponse

Quelques citoyens ont remis en doute le choix du site pour le projet. Plusieurs résidents de ce secteur sont opposés à un changement de zonage permettant à Trackvale d’aller de l’avant.

« La sécurité des citoyens, il n’y a pas de prix pour ça! », s’est exclamé Alain Janelle, qui a notamment évoqué l’incendie de la Peerless en 1998 ainsi que la tragédie de Lac-Mégantic en 2013.

Jointe par LA PENSÉE hier matin, Jessyka Lacasse, instigatrice du mouvement « Ensemble disons non au propane à Acton Vale », était heureuse de constater le grand nombre de citoyens présents lundi soir.

« Je ne me sens plus toute seule dans cette bataille! Notre page Facebook est très active, avec beaucoup de questionnements. D’ailleurs, lundi soir, nous avons posé plusieurs questions, pour obtenir peu de réponses. Et personne n’a vraiment été rassuré », soutient-elle.

Mme Lacasse précise qu’elle n’a rien contre l’entreprise Trackvale, mais comprend mal que le projet soit aussi avancé alors que les résidents du secteur visé étaient dans l’ignorance.

« L’entreprise peut certainement choisir un emplacement qui ne sera pas en zone résidentielle ou commerciale. Que fera-t-on si une explosion survient? Nous allons en tout cas revenir à la charge lundi, lors de l’assemblée du conseil municipal d’Acton Vale. J’espère que la Ville nous prendra au sérieux et agira afin que la sécurité des citoyens ne soit pas menacée. Il faut absolument qu’un référendum ait lieu », déclare-t-elle.

La possibilité que le projet ait un impact sur le coût des assurances et la valeur des résidences situées à proximité de Trackvale a été évoquée souvent lundi soir. L’entreprise s’engage à épauler les citoyens dans leurs démarches à ce sujet.

Annie Desgranges, qui a lancé une pétition sur Change.org – avec actuellement plus de 400 signatures -, ne lâchera pas le morceau.

« Si je décide de vendre ma maison, je devrai déclarer que je vis dans une zone de risques, ce qui compliquera mes efforts. Lorsque j’ai déménagé dans ce secteur il y a moins d’un an, je n’étais pas au courant de ce projet.

L’évacuation à Upton faite en 2010, à cause d’une fuite de propane, démontre qu’il n’y a pas de risque zéro. Une erreur humaine peut provoquer une explosion. Si la station mobile est bel et bien implantée, on devra être disponible 24 heures sur 24 en cas d’évacuation », soutient Mme Desgranges.

M. Charlebois a répliqué durant la séance que la station mobile ne peut pas être déplacée car l’approvisionnement en eau doit être garanti et qu’un accès ferroviaire est nécessaire. Aucune opération ne serait par ailleurs effectuée en soirée ou durant la nuit.

Trackvale remercie les citoyens

Au lendemain de la séance d’information, Trackvale a tenu à remercier les citoyens qui ont participé à cette soirée.

« L’entreprise a pris bonne note des commentaires émis et s’engage à en tenir compte, en plus de faire des retours personnalisés auprès de certains citoyens. Nous réitérons également notre engagement à demeurer transparent pour la suite des choses », affirme M. Charlebois, qui rappelle que Trackvale est une entreprise familiale qui a à cœur la sécurité de la population.

image