16 septembre 2020
Projet de mégaporcherie au Canton de Valcourt
Des citoyens expriment leurs inquiétudes
Par: Alain Bérubé

Plus de 60 citoyens ont assisté, le 9 septembre à Valcourt, aux deux rencontres de consultation publique portant sur le projet de mégaporcherie au Canton de Valcourt.

Plus de 60 citoyens ont assisté, le 9 septembre, à la consultation publique sur le projet de mégaporcherie au Canton de Valcourt. Le promoteur Stewart Friesen affirme avoir pris bonne note des craintes et suggestions exprimées durant les deux rencontres tenues au Centre communautaire de Valcourt, mises sur pied par la MRC du Val-Saint-François.

Publicité
Activer le son

Le propriétaire de la Ferme Éraboeuf, située sur la route 222, prévoit la construction de deux bâtiments et d’un réservoir circulaire en béton armé étanche afin d’abriter 3 996 porcs destinés à l’engraissement. Les rencontres publiques avaient pour but de déterminer si des mesures d’atténuation – notamment sur l’odeur – doivent être appliquées.

Même si certains citoyens ont manifesté vivement leur désaccord, M. Friesen affirme garder le cap, tout en se disant à l’écoute.

« J’ai été très attentif et je demeure ouvert aux améliorations. Ça fait quand même plus de deux ans que les démarches sont amorcées et je prends ça vraiment au sérieux. Je souhaite simplement que mon projet s’intègre bien à l’économie de la région, tout en assurant un bel avenir à ma fille et à mon gendre », confie-t-il à LA PENSÉE.

De vives réactions

Louise La Branche, une citoyenne déjà bien impliquée depuis le début du processus de consultation, espère que les élus prendront leurs responsabilités dans ce dossier.

« C’est à eux, avec l’aide de la MRC, de faire pression sur les divisionsdu gouvernement pour que tout cela arrête et qu’on ait une agriculture diversifiée et autonome. On doit aider les petits agriculteurs au lieu de les écraser et de les remplacer par des mégaporcheries et des champs qui se limitent à de la culture du maïs à perte de vue », dit-elle.

Pierre Avignon, porte-parole d’un collectif de citoyens opposés au projet actuel, félicite la MRC d’avoir organisé cette rencontre. Il est cependant déçu de la tournure des événements.

« On ne peut que sortir avec un goût amer de la séance de mercredi dernier. Ni le promoteur, ni les élus ne semblent prendre conscience des enjeux plus globaux d’un tel projet. Loin du simple problème d’odeurs, l’enjeu en est un de qualité de l’eau dans toute la MRC, d’émissions de CO2 pour transporter à l’étranger la viande produite et du type d’agriculture que nous souhaitons développer. Nous espérons que nos propositions visant l’élevage sur litière destiné à une consommation locale, ainsi que celle visant la tenue d’un référendum sur l’acceptabilité sociale et environnementale du projet seront considérées sérieusement », déclare-t-il.

Le conseil des maires de la MRC discutera aujourd’hui du projet, pour éventuellement l’approuver.

« Par la suite, la Municipalité analysera le rapport émis par la MRC et au besoin, des négociations seront entreprises avec le promoteur. J’ai apprécié le déroulement de la consultation publique, un exercice démocratique en général constructif », souligne Patrice Desmarais, maire du Canton de Valcourt.

image