13 juillet 2022
Avec en tête l’Uptonais Justin Morin
Des charpentiers-menuisiers donnent un coup de main à une communauté innue
Par: Alain Bérubé

Justin Morin, d’Upton, Julien Dubé, d’Acton Vale, ainsi que (au centre de la photo) Jovan Mercier-Montminy et son fils Théodore, de Châteauguay, ont récemment aidé une communauté innue enpartageant leur expertise en charpenterie-menuiserie.

Afin d’aider une communauté innue à bien accueillir les touristes lors de l’ouverture d’un nouveau tronçon de la route 138, une délégation avec en tête Justin Morin, d’Upton, s’est rendue sur place afin d’effectuer des travaux de charpenterie et de menuiserie.

Publicité
Activer le son

En plus de M. Morin, Jovan Mercier-Montminy et son fils Théodore, de Franklin, ainsi que Julien Dubé, d’Acton Vale (un ébéniste-menuisier pour l’entreprise Les Urnes), ont passé cinq jours, du 16 au 20 mai, dans le Golfe-du-Saint-Laurent afin de terminer la construction de deux chalets rustiques.

C’est le hasard qui a mené Justin Morin, enseignant depuis 14 ans à l’École professionnelle de Saint-Hyacinthe et comptant 29 ans d’expérience en charpenterie-menuiserie, à mettre sur pied le projet Apinipehekat.

« En juillet 2021, je suis allé dans cette région pour aller pêcher le homard avec ma fille Élodie. J’ai adoré ce coin de pays et les gens qui étaient sur place. J’ai tissé des liens d’amitié avec Edmond Mestenapeo, directeur de Tourisme Winipeukut. J’ai ainsi gardé contact avec cette communauté, dont les valeurs correspondent pour la plupart aux miennes. Ça fait des années que je voulais faire ma part afin d’aider les Premières Nations », mentionne M. Morin.

Le quatuor a effectué des travaux de charpente des murs et de la toiture, pour le revêtement de la toiture ainsi que pour la pose des fenêtres et des portes.

« La communauté d’Unamen Shipu est située à l’est de Kegaska, le dernier village desservi par la route 138. Un chantier est en cours afin que cette route se rende jusque dans ce secteur. Tourisme Winipeukut veut se préparer à l’arrivée des touristes avec des installations modernes sur l’île Punis Uhakahatshem », raconte M. Morin.

Avec en plus l’aide d’Alexandre Brunelle – également enseignant en charpenterie-menuiserie – à la logistique, les quatre complices ont vécu un séjour très enrichissant en territoire innu.

« Nous avons pu financer notre projet grâce à une collecte de 2615 $ sur GoFundMe, ainsi qu’à une aide financière de la députée de Huntingdon, Claire Isabelle (375 $) et de sa collègue Chantal Soucy, députée de Saint-Hyacinthe (1000 $). De plus, lors de mon premier voyage, j’ai rencontré le ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, qui nous fait parvenir plus tard un don de 2200 $. On a remis l’argent en surplus à la communauté innue », mentionne Justin Morin.

Ce dernier songe déjà à organiser un autre projet du même genre.

« Les Innus sont des gens authentiques, qui vivent au quotidien, avec le soleil, qui sont très débrouillards. Ce sera un plaisir de retourner là-bas », conclut-il.

image