19 janvier 2022
Des cerfs d’élevage en liberté à Maricourt
Par: La Pensée de Bagot

(photo gracieuseté Frédérick Lelièvre)

Dans le secteur de Maricourt, des daims, des cerfs sika et des cerfs rouges ont été observés dans la nature.

Publicité
Activer le son

Or, ces animaux, considérés comme des espèces exotiques envahissantes, peuvent faire des dommages importants aux habitats et nuire à nos espèces sauvages. Des opérations sont en cours pour tenter de récupérer ces animaux.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) demande donc à la population de faire preuve de vigilance.

« C’est à la suite d’un signalement réalisé par un chasseur, qui a noté la présence de daims sur ses photos de caméra de chasse, que nous avons été mis au courant de la situation. Les cerfs d’élevage se sont échappés de l’enclos vers la mi-octobre 2021. Nous avons mis en place immédiatement des mesures pour tenter de récupérer les animaux. Les citoyens du secteur ont été rencontrés par le porte-à-porte, mais comme les terrains ne sont pas nécessairement habités (champs cultivés, terres à bois, etc.), plusieurs cultivateurs, chasseurs ou villégiateurs qui pourraient détenir des informations pertinentes n’ont pas pu être rejoints », mentionne Yannick Bilodeau, biologiste pour le ministère.

M. Bilodeau ajoute que depuis la fin de la saison de chasse, peu d’informations ont été obtenues sur les cervidés en liberté.

« C’est pourquoi nous demandons l’aide du public pour tenter de repérer les animaux et faciliter la récupération de ceux-ci. Il est important de rapporter rapidement les observations, car il s’agit de la clé du succès pour les interventions du MFFP. La capture de cerfs exotiques est d’importance afin de maintenir la santé des cheptels de cerfs de Virginie du Québec. Les cerfs exotiques peuvent entrer en compétition avec les cerfs de Virginie pour l’habitat et l’alimentation. Ils sont également à risque d’être porteur et vecteur de la maladie débilitante du cerf », conclut-il.

Un total de 15 cerfs d’élevage se sont échappés (quatre cerfs rouges, sept daims et quatre cerfs sikas) et jusqu’à maintenant, quatre daims et deux cerfs sikas ont été récupérés. Il reste donc neuf cerfs d’élevage toujours en liberté.

Les cerfs pourraient porter des étiquettes jaunes aux oreilles, mais notez que celles-ci peuvent toutefois s’être décrochées. Ces cerfs se différencient du cerf de Virginie, notamment par leur arrière-train : ils ont une queue plus petite que celle du cerf de Virginie et des fesses pâles bien visibles. Contrairement au cerf de Virginie, ils ne dressent pas la queue vers le haut lorsqu’ils s’enfuient. Ils ne bondissent pas, mais se déplacent plutôt au trot, comme le font les orignaux.

Les daims et cerfs Sika sont plus trapus que le cerf de Virginie. Ils ont le pelage tacheté en été, mais pas en hiver; des fesses blanches délimitées par des lignes noires extérieures et une queue noire (daim) ou blanche avec, au centre, une mince ligne noire (cerf sika).

Quant aux cerfs rouges (on en voit un sur la photo), ils sont beaucoup plus gros qu’un cerf de Virginie, avec une petite queue et des fesses de couleur crème.

Pour rapporter toutes observations de ces animaux le plus rapidement possible : SOS Braconnage, 1 800 463-2191.

image