26 septembre 2018
Débat organis par la Chambre de commerce de la région d'Acton
Des candidats courtois et inspirés
Par: Alain Bérubé

On voit ici Yannick Charlebois (président de la Chambre de commerce), Jacques Tétreault (PQ), Jean-François Vignola (PCQ), Sarah Saint-Cyr Lanoie (Québec Solidaire), le modérateur et animateur Martin Michaud, François Vaes (Parti libéral) et André Lamontagne (CAQ).

C’est sur un ton calme et poli – sauf lors de quelques envolées plus partisanes – que cinq candidats dans Johnson ont participé, le 18 septembre, au débat électoral organisé par la Chambre de commerce de la région d’Acton.

Les questions sélectionnées par la Chambre de commerce portaient sur la pénurie de main-d’œuvre, les petites et moyennes entreprises, l’exode rural, le développement local et les responsabilités des municipalités. Une cinquantaine de personnes – dont plusieurs élus et décideurs de la région – ont assisté au débat tenu au Centre communautaire d’Acton Vale.

Au niveau de la main-d’œuvre, les candidats ont évoqué notamment l’importance de bien accompagner les jeunes et de susciter un vent de solidarité au sein de la communauté.

« C’est important que nos jeunes soient davantage formés, en terminant au moins leur 5e secondaire, tout en étant encore plus motivés à joindre le marché du travail », a affirmé Jean-François Vignola, candidat du Parti conservateur du Québec.

Afin que les PME de la région puissent continuer de se démarquer, l’amélioration de l’accès à Internet haute vitesse est nécessaire selon Sarah Saint-Cyr Lanoie, de Québec Solidaire.

« Notre parti souhaite développer un réseau de fibres optiques qui permettra d’avoir l’Internet haute vitesse à un coût abordable », a-t-elle déclaré.

Le député sortant et candidat caquiste André Lamontagne a confiance en la détermination des entrepreneurs de la région.

« J’ai senti notamment ce grand dynamisme au sein de nos producteurs agricoles. Avec de la flexibilité et de l’ingéniosité, on peut obtenir de très bons résultats », soutient-il.

Le candidat péquiste Jacques Tétreault soutient que le gouvernement doit faciliter la vie des entrepreneurs.

« Il faut absolument éliminer la paperasse et alléger les réglementations! », clame-t-il.
Afin de prévenir l’exode rural et améliorer le quotidien des jeunes familles – notamment au niveau des soins de santé – , François Vaes, porte-étendard du Parti libéral, assure que son parti a déjà pris des mesures importantes.

« Le virage en santé, on a eu l’audace de le faire avec entre autres la hausse de l’accès aux médecins de famille. Et ce n’est pas fini! », a-t-il assuré.

« Il faudrait que nos CLSC soient ouverts 24 heures sur 24 afin de désengorger les hôpitaux. Et ce n’est pas normal que la population d’Acton Vale doive se déplacer autant afin de bénéficier de services de radiographie », déclare quant à elle Mme Saint-Cyr Lanoie.

En développement local, M. Lamontagne déplore les coupures financières dans les CLD et l’abolition de structures comme les CRÉ.

« La MRC de la région d’Acton accomplit un travail extraordinaire malgré les compressions des Libéraux, mais ça prendrait davantage de ressources. Si la CAQ est au pouvoir, on révisera tout ça », promet-il.

« Le Fonds d’appui au rayonnement des régions prend de plus en plus d’importance. Et les intervenants tels la MRC, les élus municipaux et les chambres de commerce accomplissent un très bon travail », réplique M. Vaes.

M. Tétreault soutient que le Parti québécois croit fortement au pouvoir des régions.

« Dans chaque région, les intervenants en place connaissent bien leurs besoins. Il faut décentraliser le pouvoir et choisir son modèle de concertation. Ce n’est pas normal que nos municipalités soient si mal informées lors de fermetures de ponts et de routes », allègue-t-il.

M. Vignola a avoué, à quelques reprises, que les conservateurs ont une approche fort différente des autres partis.

« Nous croyons à une diminution de la taille de l’état ainsi qu’à une baisse importante des taxes et impôts, qui donnera du répit aux citoyens, aux entreprises et aux commerces », confie-t-il.

image