15 septembre 2021
Élections fédérales
Des candidats convaincus dans Saint-Hyacinthe-Bagot
Par: Alain Bérubé

La campagne électorale fédérale dans Saint-Hyacinthe-Bagot a permis aux candidats de partager leur vision de la société, tout en étant à l’écoute des citoyens. LA PENSÉE vous présente des entrevues avec quatre d’entre eux.

Publicité
Activer le son

Caroline-Joan Boucher

Agronome de carrière et actuellement à l’emploi de la firme de génie conseil Groupe FBE Bernard Experts, à Saint-Hyacinthe, Caroline-Joan Boucher en est à sa première expérience en politique. Mais la candidate libérale a confiance en ses moyens.
« Notre chef, Justin Trudeau, a accompli un excellent travail comme premier ministre. Les valeurs du Parti libéral me rejoignent et, comme je suis une femme d’action, j’ai décidé de foncer. Si je suis élue, je souhaite participer aux décisions et faire bouger les choses dans Saint-Hyacinthe-Bagot », affirme Mme Boucher.
Avouant qu’elle aimerait obtenir un poste de ministre au sein d’un gouvernement libéral, Caroline-Joan Boucher soutient que le Parti libéral est le seul à pouvoir assurer une relance économique. Elle cite comme exemple l’accès plus grand aux garderies et à la propriété, ajoutant que le gouvernement a su garder le cap malgré la pandémie.
« Notre plateforme est pleine de bonnes idées qui bénéficiera à tous, dont les citoyens de Saint-Hyacinthe-Bagot. Le Parti libéral souhaite régler le problème de la pénurie de main-d’œuvre, qui a frappé la région. L’agriculture est également une priorité majeure pour nous et on l’a prouvé en protégeant la gestion de l’offre. Il faut bien sûr améliorer l’accès aux logements. Et en environnement, nous souhaitons accélérer la lutte contre les changements climatiques », déclare-t-elle.
Mme Boucher dit mener une campagne active, ayant la ferme intention de remporter son pari. « En plus des médias sociaux, je privilégie le contact direct avec les gens, bien sûr dans le respect des normes sanitaires. Et j’ai la chance de compter sur un excellent appui de l’Association libérale fédérale de Saint-Hyacinthe-Bagot. Je suis une battante et je suis là pour gagner », conclut-elle.

André Lepage

Également une recrue sur la scène politique, le candidat conservateur André Lepage est un Fellow comptable professionnel agréé, en plus d’être un expert en juricomptabilité et enquêtes.
« Je suis très fier de joindre l’équipe d’Erin O’Toole, qui a déjà prouvé qu’il est à l’écoute des Québecois. Je veux que Saint-Hyacinthe-Bagot fasse preuve d’encore plus de dynamisme et d’innovation », soutient-il.
M. Lepage est heureux d’avoir pu accueillir son chef à deux reprises dans la circonscription durant la campagne.
« C’est un signe que M. O’Toole croit en ma victoire. Il a d’ailleurs profité d’une de ses deux visites pour s’engager à financer la construction d’un centre de recherche et de développement en agriculture et en agroalimentaire dans la région de Saint-Hyacinthe. La MRC d’Acton profiterait également de la présence d’un tel établissement », dit-il.
M. Lepage affirme que le Parti conservateur saura relancer l’économie canadienne, tout en renforçant le Québec. « Nous avons un plan concret qui permettra de récupérer un million d’emplois. La lutte aux changements climatiques fait partie de nos priorités. Il faut faciliter l’acquisition de main-d’œuvre étrangère pour nos producteurs agricoles et nos entreprises. Et on doit favoriser dès maintenant l’accès à des logements à loyer modique », allègue-t-il.
M. Lepage a grandement apprécié sa campagne électorale, croyant qu’il peut causer une belle surprise le 20 septembre. « J’ai eu beaucoup de plaisir à rencontrer les électeurs afin d’échanger avec eux. Et si j’ai la chance d’être élu député, ce sera avec honneur que je représenterai Saint-Hyacinthe-Bagot », confie-t-il.

 

Brigitte Sansoucy

Députée de Saint-Hyacinthe-Bagot de 2015 à 2019, Brigitte Sansoucy représente le NPD pour la cinquième fois.
« Même si je ne suis plus députée depuis deux ans, je continue à suivre de près ce qui se passe à Ottawa. Bien des gens m’ont sollicitée afin que je sois de nouveau candidate, affirmant qu’ils se sont ennuyés de moi », dit-elle en souriant.
Mme Sansoucy tient compte des limites imposées par la pandémie, optant pour une campagne plus sobre.
« Nous n’avons aucun local électoral, pour plutôt mener une campagne en ligne. On peut me joindre tout de même très facilement. J’ai été également plus prudente au niveau des rassemblements. Et pour mes pancartes électorales, ce sont les mêmes qu’il y a deux ans, en accord avec mes valeurs environnementales », affirme-t-elle.
Pour Brigitte Sansoucy, la campagne électorale est l’occasion en or de parler d’enjeux importants pour la région. « Je continue, comme je le fais depuis longtemps, de parler d’environnement. On doit cesser de subventionner les compagnies pétrolières. L’agriculture me tient également à cœur et on l’a vu durant la pandémie, c’est un secteur majeur de notre économie. La souveraineté alimentaire est pour moi indispensable. Je continue à croire en l’importance de l’achat local », soutient-elle.
Mme Sansoucy affirme que la relance économie passe par la réforme de l’assurance-emploi et une aide plus importante aux PME.
« Ma vie professionnelle a été consacrée à servir la population et j’aimerais bien pouvoir le faire de nouveau en tant que députée. J’ai eu la chance, lorsque j’ai occupé ce poste, d’être entourée d’une formidable équipe et je suis prête à relever ce défi de nouveau », mentionne-t-elle.

 

Simon-Pierre Savard-Tremblay

Élu en 2019 avec 41,4 % des votes – environ le double de son plus proche rival, le libéral René Vincelette -, le bloquiste Simon-Pierre Savard-Tremblay travaille d’arrache-pied afin d’obtenir un second mandat en tant que député.
« Fidèle à mon habitude, et bien sûr dans le respect des normes sanitaires, j’ai mené une campagne de terrain. J’ai été très bien accueilli et ce fut une campagne très enrichissante », déclare-t-il.
M. Savard-Tremblay croit à la discussion et à la concertation, promettant que les citoyens continueront à être consultés régulièrement s’il est réélu le 20 septembre.
« Il faut donner la parole aux gens et, tout au long de la campagne, j’ai été à leur écoute. Plusieurs thèmes importants pour la région ont été abordés. Que ça soit l’accès à Internet haute vitesse, la souveraineté alimentaire et la gestion de l’offre, la lutte aux changements climatiques, la culture, l’accès au logement, l’achat local ou la condition de vie des aînés, je serai de tous les combats », promet-il.
Le candidat du Bloc québécois espère par ailleurs que les électeurs enverront un grand nombre d’élus de son parti à Ottawa.
« Après le débat des chefs en anglais, où on a manqué de respect à l’endroit du Québec, notre chef Yves-François Blanchet a su se tenir debout. Et je sens sur le terrain un appui en hausse pour le Bloc québécois », souligne-t-il.
Citant comme exemple ses efforts afin de soutenir les producteurs agricoles, M. Savard-Tremblay réitère sa volonté de représenter avec fougue la circonscription. « Être député, c’est un engagement constant à travailler à l’amélioration de la qualité de vie de la population. En compagnie de ma merveilleuse équipe, qui a prouvé sa valeur depuis deux ans, j’ai l’intention de poursuivre sur cette lancée », dit-il.

 

Autres candidats
Les électeurs auront le choix entre six candidats. Sébastien Desautels défend les couleurs du Parti Libre Canada, alors que Sylvain Pariseau représente le Parti populaire du Canada.

image