12 avril 2018
Des bénévoles dévoués et inspirants
Par: Alain Bérubé
Dans le cadre de la Semaine de l’action bénévole, six organismes de la région ont partagé avec La Pensée des réflexions et commentaires sur le bénévolat. De gauche à droite: Dominique Fontaine (Maison de la Famille Valoise), Lysanne Collard (Centre de bénévolat d’Acton Vale), Carole Bessette (Centre Ressources-Femmes de la région d’Acton), Jacynthe Daigle (Association de la Sclérose en plaques Saint-Hyacinthe-Acton), Renée-Claude Paré (Association des parents des enfants handicapés Richelieu) et Chantal Lavallée (Parrainage civique des MRC d’Acton et des Maskoutains).

Dans le cadre de la Semaine de l’action bénévole, six organismes de la région ont partagé avec La Pensée des réflexions et commentaires sur le bénévolat. De gauche à droite: Dominique Fontaine (Maison de la Famille Valoise), Lysanne Collard (Centre de bénévolat d’Acton Vale), Carole Bessette (Centre Ressources-Femmes de la région d’Acton), Jacynthe Daigle (Association de la Sclérose en plaques Saint-Hyacinthe-Acton), Renée-Claude Paré (Association des parents des enfants handicapés Richelieu) et Chantal Lavallée (Parrainage civique des MRC d’Acton et des Maskoutains).

À l’approche de la Semaine de l’action bénévole – qui aura lieu du 15 au 21 avril – , six organismes desservant la MRC d’Acton ont partagé avec La Pensée les réflexions de gens qui ont choisi de faire du bénévolat.

Dominique Fontaine, directrice de la Maison de la Famille Valoise, rapporte les propos de deux bénévoles.

« Le bénévolat nous permet de se sentir encore utile, c’est valorisant et vivifiant. Ça nous garde actif et allumé, ça nous donne l’occasion de rencontrer des gens et découvrir de nouvelles forces qui nous habitent », mentionnent-ils.

Les raisons pour faire du bénévolat sont nombreuses et variées. Selon les réponses fournies par le Centre Ressources-Femmes de la région d’Acton Vale, « c’est une activité plaisante et pas compliquée, qui change les idées et qui brise l’isolement. »

Pour la plupart des bénévoles, ce n’est pas trop difficile de conjuguer le bénévolat avec le reste de son emploi du temps. « On trouve toujours du temps lorsqu’on croit à la cause », résume Brigitte, une bénévole de l’Association des parents des enfants handicapés Richelieu-Val-Maska.

Que dire à une personne afin de l’inciter à faire du bénévolat? « C’est faire partie d’une équipe motivée et dévouée à une cause. Un milieu ouvert aux différences. C’est accueillant et chaleureux et tout le monde peut y trouver sa place », affirme Paule, une bénévole attitrée à la cuisine du Centre de bénévolat d’Acton Vale.

« Il faut y aller selon ses goûts et intérêts, selon nos capacités et nos limites. Il ne faut pas se sentir obligé de le faire. Le bénévolat, pour moi, c’est un loisir et une activité sociale », confie de son côté une marraine au Parrainage civique des MRC d’Acton et des Maskoutains.

Lysanne Collard, du Centre de bénévolat d’Acton Vale, mentionne que le bénévolat se porte bien en région.

« On a bien sûr toujours besoin de nouveaux bénévoles et il y a de la place pour des gens motivés et inspirants. Je suis heureuse de constater que pour certaines activités, plusieurs jeunes nous donnent un coup de main car c’est important de bien préparer la relève », dit-elle.

« Les bénévoles font beaucoup de bien en donnant, mais ils en retirent également beaucoup de positif. L’important, c’est d’y aller à son rythme et d’aimer ce qu’on fait », renchérit Jacinthe Daigle, de l’Association de la Sclérose en plaques Saint-Hyacinthe-Acton.

image