18 janvier 2023
D-Gel au Temple de la renommée
Par: Sarah Villemaire

Âgé de 93 ans, Denys Gardner a consacré sa carrière à la vente et la conception d'équipements de ballon-balai. Photo Sarah Villemaire | La Pensée ©

Âgé de 93 ans, Denys Gardner a consacré sa carrière à la vente et la conception d'équipements de ballon-balai. Photo Sarah Villemaire | La Pensée ©

Bien qu’acquise ces dernières années par un groupe d’investisseurs québécois, l’entreprise D-Gel, spécialisée dans la fabrication et la distribution d’articles de sport, a récemment été honorée pour son apport au développement du ballon-balai sur la scène internationale. Un certificat de reconnaissance dans la catégorie Bâtisseur a été remis par la Fédération internationale des Associations de ballon sur glace (IFBA) au fondateur et ancien président de l’entreprise valoise, Denys Gardner.

Publicité
Activer le son

Divers athlètes, bénévoles et entreprises ont été récompensés lors du Championnat du monde de ballon-balai qui s’est tenu à la fin du mois d’octobre à Kingston en Ontario. Ne pouvant être présent lors de la cérémonie d’intronisation au Temple de la renommée, Denys Gardner a reçu, quelques semaines plus tard, le certificat par la poste. Un élan de fierté s’est emparé du nonagénaire qui a fondé D-Gel en 1976.

« Cette intronisation au Temple de la renommée est très significative pour moi, car elle représente tout le travail accompli ces dernières années. Je suis très reconnaissant de la Fédération et bien heureux d’avoir contribué à l’essor de ce sport », affirme Denys Gardner.

Imaginatif, il a fabriqué nombreux prototypes de semelles adhérentes et de balai avant d’obtenir des brevets permettant de commercialiser les produits. Le fondateur se souvient que le ballon-balai a gagné en popularité à la suite de la mise en marché de ses produits.

« L’aréna d’Acton Vale a ouvert ses portes en 1968 et quelques ligues de ballon-balai s’activaient déjà à l’époque. C’est en regardant les joueurs pratiquer ce sport que j’ai pu optimiser mes produits. L’entreprise vendait 85 000 paires de chaussures en moyenne par année. Ce sport était très pratiqué au début dans années 1980 dans la région et je suis très fier d’y avoir contribué à ma manière », renchérit l’entrepreneur.

Jusqu’en 2018, M. Gardner a consacré sa carrière à D-Gel. Entre ses nombreux voyages d’affaires en Asie, il a eu la chance de travailler avec ses enfants qui ont repris les rênes de l’entreprise. Le fondateur a pris sa retraite en 2018 et a, du même coup, vendu ses parts à la société Sugi Sports. Tout comme pour les chaussures, les bâtons et les balles, une partie de la vente et de la distribution s’effectue toujours à l’usine d’Acton Vale regroupant une dizaine d’employés.

image