19 janvier 2022
Entreprise située à Maricourt
Cordé Électrique mise sur la diversité et l’intégration
Par: Alain Bérubé

L’entreprise Cordé Électrique a été honorée lors de la remise des Prix Maurice-Pollack, qui reconnaît les efforts de l’entreprise dans l’intégration des personnes immigrantes à son personnel. (photo Archives)

L’entreprise Cordé Électrique s’est très bien adaptée à la pénurie de main-d’œuvre en intégrant à merveille des personnes immigrantes à son personnel. Ce manufacturier de harnais électriques, situé à Maricourt, a vu ses efforts récompensés en faisant partie des lauréats du Prix Maurice-Pollack, remis par la Fédération des chambres de commerce du Québec.

Publicité
Activer le son

Cordé Électrique a remporté les honneurs pour le volet Petites et moyennes entreprises (moins de 250 employés).

Sur le site Web officiel du Prix Maurice-Pollack, on mentionne que l’entreprise a mis sur pied des mesures concrètes qui facilitent l’intégration des personnes issues de l’immigration.

« Cordé Électrique collabore notamment avec Actions interculturelles pour offrir un milieu de travail accueillant et ouvert. Elle adapte ses activités sociales, participe au projet Diversité culturelle au service de l’excellence en emploi et ajuste ses règlements et processus internes aux réalités de son personnel : mise en place des processus neutres d’évaluation des candidatures, politique de congé d’un mois pour permettre de retourner voir leur famille à l’étranger, etc. », peut-on lire sur le site.

La fondatrice et présidente de Cordé Électrique, Lise Déziel, est agréablement surprise par cet honneur.

« C’est Actions interculturelles, un organisme avec qui nous faisons affaire depuis longtemps, qui nous a suggéré de poser notre candidature. Tant mieux si nos efforts sont reconnus, mais je considère que c’est nous qui avons de la chance de compter sur ces gens qui ont choisi le Québec et notre entreprise. Ici, tous nos employés sont importants et sur le même pied d’égalité », commente-t-elle.

Actuellement, cinq employés immigrants font partie du personnel de Cordé Électrique.

« On en a parfois un peu plus ou un peu moins, ça fonctionne par vagues. Plusieurs sont originaires de pays tels le Liban, le Maroc et l’Afghanistan. C’est une belle solution à la pénurie qui touche tellement d’entreprises, y compris la nôtre », confie Lise Déziel.

Avec en plus la pandémie, les défis sont nombreux. Mais Mme Déziel soutient que Cordé Électrique, qui existe depuis 2010, continue de progresser à un bon rythme.

« Avec l’essor de l’électrification des transports, nous comptons actuellement sur une centaine d’employés, soit le double d’il y a à peine quelques années, pour l’ensemble de l’entreprise. On a ouvert une seconde usine à Sherbrooke, avec environ 20 employés. La pénurie de main-d’œuvre nous force parfois à refuser des clients. J’ai d’ailleurs écrit au premier ministre du Québec, François Legault, afin qu’il augmente les quotas d’immigration. Ça commence heureusement à bouger dans la bonne direction », conclut-elle.

 

Lise Déziel

image