14 juillet 2021
Charpentière-menuisière
Charlie Normandin fière de briser les préjugés
Par: Alain Bérubé

Pierre-Luc Morin, propriétaire de l’entreprise valoise PLP Constructions, est très fier de compter sur les services de Charlie Normandin, une jeune charpentière-menuisière de Saint-Théodore-d’Acton qui se donne comme mission d’inspirer les femmes à choisir des métiers non traditionnels.

Durant son enfance, Charlie Normandin aimait autant les camions que les poupées. C’est après avoir bâti sa mini-maison sur roues, avec l’aide de son père, que Charlie Normandin, une résidente de Saint-Théodore-d’Acton âgée de 31 ans, a choisi de quitter son poste de technicienne en loisirs pour devenir charpentière-menuisière. Et son employeur actuel, PLP Constructions, est ravi de compter sur celle qui adore briser les préjugés en invitant les femmes à choisir des métiers majoritairement exercés par des hommes.

Publicité
Activer le son

Lauréate du prix Équité dans le cadre du concours national « Chapeau les filles! », en 2019, Charlie a complété sa formation au Centre de formation professionnelle Paul-Rousseau de Drummondville. Elle était déjà très convaincue de son nouveau choix de vie.

« Ma mère a appris à bien se débrouiller en effectuant des rénovations et des taches manuelles de tous genres. Elle m’a inspiré à foncer et ma persévérance me permet de me surpasser », confie-t-elle.

Charlie avoue avoir vécu du sexisme autrefois, notamment en tant que guide d’aventure. Elle a toutefois connu une belle première expérience pour un entrepreneur à Saint-Hyacinthe, ce qui a confirmé qu’elle a choisi le bon domaine. Et depuis son arrivée chez PLP Constructions, il y a un an, tout se déroule très bien.

« Je travaille à temps plein et l’accueil a été chaleureux dès le début. Mon patron, Pierre-Luc Morin, me fait entièrement confiance. C’est très diversifié comme travail et l’esprit d’équipe est extraordinaire, avec une bonne dose d’humour. Je sens un grand respect à mon endroit », confie-t-elle.

Selon le Secrétariat à la condition féminine, le nombre de femmes sur les chantiers de construction québécois représentait 2,73 % des employeurs actifs l’an dernier.

C’est toutefois une hausse de 111 % par rapport à 2015, note le Centre d’emploi pour femmes pour femmes Partance, situé à Drummondville, qui a mis en valeur trois travailleuses en construction – dont Charlie Normandin – , dans le cadre du projet de Relance économique des femmes.

« J’aimerais bien sûr voir davantage de femmes sur les chantiers, car l’égalité des sexe me tient vraiment à cœur. Je veux faire honneur aux femmes et être une source d’inspiration. Comme le disait Gandhi, soyons le changement qu’on veut voir dans le monde. Et c’est exactement ma mission de vie! », conclut-elle.

Pierre-Luc Morin affirme avec enthousiasme que Charlie est une excellente employée.

« Elle est actuellement la seule femme au sein de notre équipe, mais je suis ouvert à augmenter le nombre. Charlie apporte une énergie nouvelle et notre clientèle apprécie cette belle ouverture d’esprit. Elle est très responsable, en plus d’être à l’aise au sein du groupe. Charlie prend le temps d’analyser et a une approche différente qui représente un bel atout pour l’entreprise », soutient-il.

Celui qui a pris la tête de cette compagnie en construction générale et en rénovation, il y a dix ans, soutient que les femmes ont tout à fait leur place dans le domaine.

« C’est vraiment une expérience positive et il faut sortir des stéréotypes actuels. On n’a jamais trop de bons employés et Charlie prouve que les femmes ont leur place. J’ai moi-même deux filles et si au moins une des deux veut prendre la relève chez PLP Constructions un jour, j’en serai ravi! », confie M. Morin.

image