19 février 2020
Société d'histoire de la région d'Acton
Bruno Guilbert fier de ses onze ans à la présidence
Par: Alain Bérubé

Bruno Guilbert quitte la présidence de la Société d’histoire de la région d’Acton après onze ans à ce poste. On voit ici le conseil d’administration. Debout : Michel Boulay et M. Guilbert. En avant-plan : Albert Rémillard, Marie-Aube Laniel, Yvon Passe, Pierre Bond et Francine Loignon. (photo gracieuseté Société d’histoire de la région d’Acton)

Après onze ans à la présidence de la Société d’histoire de la région d’Acton, Bruno Guilbert tire sa révérence. C’est avec bonheur qu’il a consacré un nombre incalculable d’heures à cet organisme toujours bien vivant, 43 ans après sa fondation.

M. Guilbert a suivi avec brio les traces de sa mère Léa Guilbert. Cette ancienne journaliste de LA PENSÉE a été la première membre honoraire de la Société d’histoire des Six Cantons, rebaptisée Société d’histoire de la région d’Acton.

« J’ai pu compter en tout temps sur l’appui du conseil d’administration afin que la Société d’histoire rayonne encore plus », soutient celui qui a œuvré dans le domaine bancaire.

Les réalisations de l’organisme durant sa présidence – de juin 2008 à novembre 2019 – sont nombreuses. Mentionnons la production des albums Notre histoire et Nos familles dans le cadre du 150e anniversaire de la Ville d’Acton et de la paroisse Saint-André d’Acton, l’inventaire des archives en 2015 (et un cours d’histoire pour les élèves de la Polyvalente Robert-Ouimet), la célébration du 40e anniversaire de la Société d’histoire en 2017, la collaboration avec la Collection St-Amour et l’inventaire photographique du cimetière de la paroisse Saint-André d’Acton.

« On peut être fiers du chemin parcouru au fil des ans. La célébration entourant le 40e anniversaire de la Société d’histoire, avec le succès des portes ouvertes, fut pour moi un très beau moment », confie Bruno Guilbert.

Le président sortant a confiance que celle qui lui succédera, Marie-Aube Laniel, accomplira un excellent travail.

« Marie-Aube représente bien la relève de l’organisme. Elle a une grande passion pour l’histoire, en plus d’afficher un grand professionnalisme. Pour ma part, je continuerai à appuyer du mieux que je peux l’organisme, qui sait très bien faire avancer le passé », conclut M. Guilbert.

Mme Laniel a tenu à louanger l’ancien président de la Société d’histoire de la région d’Acton, qui a commencé à s’impliquer bénévolement pour l’organisme en 2000.

« M. Guilbert aime rassembler et motiver les gens, en reconnaissant les talents et forces de chaque personne. Il a toujours plein de bonnes idées, ce qui a contribué grandement à tous nos projets », déclare-t-elle.

image