22 Décembre 2021
Participant à l’émission Rire sans tabous
Antoine Gervais veut donner de l’espoir grâce à sa victoire sur l’anorexie
Par: Alain Bérubé

Antoine Gervais

Depuis qu’il a gagné sa bataille contre l’anorexie, Antoine Gervais accepte avec plaisir d’aider les gens aux prises avec des troubles alimentaires. Le Valois de 25 ans livrera plusieurs confidences sur son « ancienne vie » lors de l’émission Rire sans tabous le 5 janvier 2022, sur les ondes de Z Télé et, par la suite, sur la plateforme Crave.

Publicité
Activer le son

Dans cette série qui en est à sa seconde saison, l’humoriste Jean-François Mercier brise les interdits de la société. Pendant trois jours, il discute avec des personnes souvent rejetées et victimes de préjugés. Par la suite, il crée un numéro à partir de leurs réalités, avec comme but de briser les tabous pour de bon.

« Lorsqu’on m’a approché pour participer à l’émission, j’ai accepté tout de suite. J’ai vécu une expérience géniale, remplie de sensibilité, avec trois autres participants dont leur vie est affectée par les troubles alimentaires. Ce fut pour moi des rencontres enrichissantes et je garde d’ailleurs contact avec eux », affirme Antoine Gervais.

Lors des enregistrements tenus l’été dernier, Antoine a également grandement apprécié la démarche de Jean-François Mercier.

« Il a été vraiment à l’écoute et très généreux. Lorsqu’on participe à cette émission, il faut accepter l’humour très direct de Jean-François Mercier. Mais c’est fait sans aucune méchanceté, le but étant de faire tomber certains murs et de sensibiliser les téléspectateurs », commente-t-il.

Antoine Gervais, qui a souffert d’anorexie durant ses études universitaires à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), est très fier d’avoir pu reprendre le contrôle de sa santé et de sa vie en général. Il avait à un certain moment perdu environ 100 livres en six mois, ce qui était beaucoup trop rapide.

Nouvellement enseignant en sixième année à l’école Bois-Joli-Sacré-Coeur de Saint-Hyacinthe, Antoine poursuit en parallèle une carrière d’écrivain, avec six livres, dont cinq avec la série Le prof nomade.

« J’ai comme projet de lancer un livre sur les troubles alimentaires, qui sera en fait une autofiction. Et en tant qu’enseignant, il m’arrive de parler de ce sujet avec mes élèves. Je poursuis mon implication au sein du programme LoriCorps de l’UQTR. Je suis en pleine forme et rempli d’énergie positive. Les troubles alimentaires, c’est sérieux, mais on peut très bien s’en sortir avec de la bonne volonté », conclut-il.

image