24 mars 2021
Directeur général et professionnel
Anthony Demers aux commandes du Club de golf de Sept-Îles
Par: Annie Gagnon

Anthony Demers

Avec un talent naturel dans plusieurs sports, dont le golf, il n’est pas étonnant qu’Anthony Demers allie passion et boulot. Au cours des prochains mois, le jeune athlète valois de 25 ans, bachelier en administration des affaires, relèvera un défi de taille en devenant le directeur général et professionnel du Club de golf Sainte-Marguerite, à Sept-Îles.

Publicité
Activer le son

Anthony Demers est pratiquement né avec un bâton de golf dans les mains. Avant lui, son grand-père Jean-Guy et son père Mario ont sillonné de long en large les 27 trous du Club de golf d’Acton Vale.

C’est à l’âge de trois ans qu’Anthony a tenu son premier bâton de golf. Dès lors, l’athlète a passé ses étés sur les fairways pour améliorer son jeu ou en boutique pour répondre aux besoins des clients. Ses performances ont fait de lui une excellente carte de visite pour le club valois lors des différentes compétitions de niveau junior auxquelles il a participé.

Déterminé à se bâtir un avenir qui le passionnerait, Anthony a joint les rangs de l’équipe de golf des Patriotes de l’Université de Trois-Rivières tout en complétant un baccalauréat en administration des affaires.

« J’ai toujours voulu relier une de mes passions à mon travail. Je savais que les clubs de golf ne recherchaient plus seulement un professionnel, mais bien quelqu’un qui pouvait jouer le rôle de professionnel et de directeur général. Donc, on peut dire que j’avais cet emploi en tête lorsque j’ai choisi mon champ d’études. Cependant, jamais je n’aurais pensé accéder à ma job de rêve aussi rapidement. Je suis donc très heureux de ce qui m’arrive présentement », mentionne-t-il.

Un défi de taille

Les dirigeants du Club Sainte-Marguerite sont audacieux. Confier des tâches aussi importantes à un jeune homme de 25 ans, c’est faire confiance à l’avenir. Anthony est conscient des enjeux, mais il se sent prêt à relever les défis qui lui seront lancés. De plus, les idées fusent dans la tête du jeune bachelier.

« Les propriétaires recherchaient un type de gars comme moi, soit un jeune proactif qui va continuer de se développer à long terme. J’apprécie la chance que j’ai puisque ce n’est pas tous les clubs de golf qui auraient l’audace de confier des postes de cet envergure à un jeune de 25 ans. Je pense que chacun va y trouver son compte », explique le golfeur.

Un bel accueil à Sept-Îles

Une saison de golf cache plusieurs heures de travail pour ceux qui la préparent et c’est pourquoi Anthony s’est déjà installé à Sept-Îles. Depuis le début de mars, il apprend les rouages de son nouveau club d’attache auprès de son prédécesseur, Jean-Pierre Morin.

Les logiciels de gestion, les cartes de membre, la boutique de golf et son inventaire majeur, les contacts avec le conseil d’administration, les commanditaires, les représentants et les éventuels clients ne sont que quelques aspects qu’Anthony doit maîtriser pour l’ouverture de la nouvelle saison, prévue pour la mi-mai.

« Je suis arrivé ici au début de mars afin de passer un mois avec Jean-Pierre. Je prends le plus d’informations possible afin de pouvoir prendre les rênes par la suite. Honnêtement, je suis brûlé, mais c’est aussi très stimulant », confie-t-il.

La beauté de la jeunesse, c’est d’être continuellement en évolution. À 25 ans, on voit grand et c’est tant mieux. Anthony n’échappe pas à cette catégorie de jeunes entrepreneurs qui ont confiance en eux, qui sont créatifs et qui n’ont pas peur de passer à l’action.

« Mon objectif premier est de faire la rétention des membres, ainsi que d’en repêcher des nouveaux. Il y a eu 450 membres en 2020 et on s’attend à une légère augmentation pour le prochain été. Là-dessus, il y a une centaine de membres âgés de moins de 40 ans. C’est cette catégorie d’âge que je vise le plus puisque c’est la relève. De plus, je dois garnir mon carnet de contacts pour aller chercher des commandites », estime le directeur général.

Le professionnel veut miser sur la qualité du service et le développement des golfeurs.

« Nous accueillons un tournoi de professionnels cet été et je serai en charge du projet. Je veux m’assurer que ce sera d’une qualité distincte, tant au niveau de l’accueil que du terrain.De plus, je souhaite instaurer des cliniques de groupe, accessibles à tous, sur différents aspects de la partie de golf. Finalement, je veux apporter ma touche sur certains aspects au club. J’ai déjà plusieurs options en tête, mais je vais d’abord voir ce que les mesures sanitaires en place me permettront. Mais je ne suis vraiment pas inquiet, je ne m’ennuierai pas au cours des prochains mois », conclut-il.

 

image